Des leaders à la peine

Paris et Monaco peuvent souffler. En difficulté face à Lille et Montpellier, les deux premiers du championnat l'ont emporté sur le fil et continuent leur course en tête. De son côté, Bordeaux a pris le meilleur sur Caen et se replace dans la lutte pour l'Europe.

Ce mardi était principalement consacré aux deux premiers de la Ligue 1, Monaco et le PSG. Les deux équipes se sont imposées 2-1 dans la douleur. Sur la pelouse de Montpellier, Monaco a livré un match assez médiocre. Les protégés de Jardim ont pourtant mené très rapidement 2-0 grâce à deux buts de Glik et Mbappé. Sur une énorme erreur de Jourdren - totalement aux fraises sur sa sortie aérienne - l'international polonais a mis son équipe sur les bons rails de la tête. Quelques minutes plus tard son jeune coéquipier a doublé la mise sur un service magnifique de Sidibé. On pensait alors assister à une énième balade monégasque mais ça n'a pas été le cas.

Sans avoir vraiment la mainmise sur le match, les leaders ont un peu arrêté de jouer. Un relâchement sanctionné dès le début de la seconde période par une tête au premier poteau d'Hilton sur un bon corner de Boudebouz. Mais finalement, même si le MHSC a bien essayé de revenir au score, Monaco a été suffisamment solide pour tenir jusqu'au coup de sifflet final. S'il y a eu quelques frayeurs, cette victoire a donné six points d'avance aux joueurs de la Principauté avant le coup d'envoi de PSG - Lille.

Et les coéquipiers de Valère Germain ont longtemps eu cinq points de plus que les Parisiens puisque ces derniers ont marqué sur le tard avant de se faire rejoindre sur une énorme boulette d'Areola. Le portier français commence à avoir un très lourd passif dans le but du club de la capitale. Bien lancés par une tête malicieuse de Cavani, les hommes d'Unai Emery se dirigeaient vers une victoire sur la plus petite des marges. L'Uruguayen n'a pas touché une cacahuète du match mais il a ce don étonnant d'être toujours là au bon moment pour marquer.

Jeu pépère et passes en arrière

Rattrapés en fin de match suite à l'égalisation de De Préville, les champions en titre ont arraché la victoire sur un but qui fait débat. C'est une nouvelle fois une question d'interprétation du fameux hors-jeu passif. Lucas ne fait pas action de jeu sur la frappe de Cavani repoussée par Enyeama dans ses pieds mais en même temps, il profite de sa position illicite pour marquer. Parisiens et Lillois n'ont évidemment pas la même appréciation de ce but. Il a tout de même été validé et permet au PSG de rester au contact de l'ASM.

Mais il faudra quand même montrer autre chose pour espérer rejoindre les Monégasques et surtout pour tenir la dragée haute au Barça en Ligue des Champions. Contre le LOSC, les Parisiens ont joué très pépère, avec beaucoup de passes en arrière, à l'image de Maxwell qui ne met plus un ballon devant. Compliqué quand on joue contre une équipe venue pour faire 0-0 et qui refuse le jeu. Alors quand en plus l'adversaire parvient à égaliser sans même vraiment essayer de le faire, c'est un petit peu problématique quand même. Je continue à rester sur ma faim devant les prestations des Parisiens.

Enfin, nous avons également assisté à l'écrasante victoire de Bordeaux sur la pelouse de Caen. Les Girondins, auteurs de quatre buts sur quatre tirs cadrés, ont bien été aidés par Leborgne. Il remplaçait Guilbert, prêté par les visiteurs et qui n'avait pas le droit de jouer cette rencontre. Cette clause s'est révélée être une bien bonne idée pour les Girondins parce que Leborgne a été à la rue tout le match. Il est responsable sur trois des quatre buts et n'a pas pu compter sur Vercoutre. Le gardien a été moins brillant qu'à Guingamp, c'est le moins qu'on puisse dire. Les Girondins enchaînent et se replacent bien puisqu'ils occupent désormais la cinquième place, en attendant les autres rencontres.

Pierrot