France - Ecosse : notes et analyse

Pour son dernier match de préparation avant l'Euro, l'équipe de France s'est tranquillement imposée à Metz face à un très faible adversaire. Si gagner permet toujours de se rassurer et d'engranger de la confiance, difficile de tirer de vrais enseignements de cette victoire. Voici les notes et l'analyse.

Les notes

Lloris (non noté) : pas un seul tir cadré du côté des Ecossais. La seule chose qu'il a eu à faire, c'est prendre un coup de coude sur un ballon aérien. 

Sagna (6,5) : comme ses coéquipiers, il n'a pas eu de travail défensif. Il a distillé deux superbes centres, un à Giroud sur le premier but et un autre en fin de match pour Griezmann, qui n'était pas loin de conclure le spectacle en beauté. C'est un progrès immense par rapport à la dernière sortie. 

Rami (5) : un peu plus à l'aise que contre le Cameroun, il m'a semblé dans le rythme du groupe. Mais concrètement, c'est impossible de le juger sur le plan défensif puisque l'équipe de France n'a absolument pas été mise en danger. 

Koscielny (6) : même constat que pour le joueur de Séville mais comme il a mis un but, il a un point de plus. 

Evra (6) : dans ces matchs-là, il est tout le temps devant et joue quasiment attaquant. Ça lui a notamment permis d'être à l'origine du but de Koscielny, en déviant un corner de la tête. Sa participation au jeu offensif a été plus brillante que contre le Cameroun. 

Kanté (7,5) : là encore, il faut rappeler la faiblesse épouvantable de l'opposition. Cependant, avec Kanté, on a deux certitudes : son entente avec les autres milieux est bonne et il peut totalement jouer dans cette position de sentinelle. Ce n'est pas exactement celle qu'il occupe à Leicester mais sa rapide adaptation est tout sauf une surprise. 

Pogba (5,5) : un joli coup-franc sur le poteau et une belle passe de l'extérieur pour Cabaye. J'ai l'impression de le répéter à chaque match des Bleus mais j'attends plus. Plus d'implication, d'enthousiasme et surtout de fantaisie. En espérant qu'il garde ses meilleurs tours pour la compétition. 

Matuidi (7) : clairement, son coup de pompe du début d'année est terminé. On l'a vu dès son premier ballon. À chaque fois qu'il s'est engouffré sur son côté gauche, il a été très dangereux. Il a des jambes et quand il est dans cette forme physique, il reste un joueur extrêmement compliqué à gérer pour l'adversaire, tant par son activité défensive que par ses perforations dans son couloir. 

Payet (6,5) : un peu comme contre le Cameroun, je l'ai trouvé assez imprécis en début de match. Seulement sur une mi-temps, la copie rendue est très intéressante. C'est lui qui tire le corner sur le but de Koscielny et c'est sur sa frappe de loin bien suivie par Giroud que la France double la mise. Et puis, il m'a semblé plus libre que contre le Cameroun, au point de jouer 4ème milieu. C'est une option importante. 

Coman (6) : comme en début de semaine, il a fait une excellente entame de match en enchaînant les dribbles, les accélérations et les courses bloquées, compliquées à lire pour les adversaires. C'est quand même rare d'avoir un joueur qui fait ça sur le côté droit. Il a peut-être eu un petit coup de pompe en fin de première période mais clairement, les deux matchs amicaux n'ont pas été inutiles pour lui. 

Giroud (7) : trois occasions, deux buts. Qu'est-ce qu'on peut rajouter ? Le premier est magnifique, le second est typique d'un avant-centre qui sent le bon coup. Alors après, effectivement, dans le jeu, ce ne sera jamais extraordinaire mais ce n'est surtout pas ce qu'on lui demande. On veut qu'il joue dans une position de finisseur, il le fait et il le fait même bien. Avec ses trois buts, c'est le grand gagnant de ces deux matchs amicaux. Même si certains, dont je fais partie, peuvent continuer à penser que d'autres attaquants français méritaient plus la sélection au vu des différentes prestations cette saison, Deschamps a fait son choix. C'est Giroud qui joue et il marque. Il n'y a donc pas grand-chose d'autre à dire si ce n'est ce détail : ça ne sert à rien de le siffler par rapport à Benzema. Si Benzema avait été sélectionnable, Giroud l'aurait été quand même aussi donc ça n'a pas de sens. 

Les remplaçants : en deuxième mi-temps, Griezmann (5) a fait son apparition. Visiblement, c'était vraiment un petit galop de retour pour le finaliste de la Ligue des Champions. Il a joué très collectif et a eu une grosse occasion de la tête en fin de match. Pas beaucoup plus, c'était une réintégration un peu pépère. Martial (6,5), également entré au retour des vestiaire, avait vraiment envie. Envie de dribbler, de déborder, de faire des grigris. Il a offert pas mal de spectacle au public de Saint-Symphorien. Maintenant, il faudrait que ça se traduise aussi au niveau des statistiques. Enfin Gignac (non noté), qui a joué une demi-heure, m'a paru un peu mollasson. Il a notamment raté un face-à-face avec le gardien. La réussite de Giroud l'installe un peu plus sur le banc des remplaçants mais je lui ai connu plus de rage.

 

L'analyse :

On se souvient qu'il y a deux ans, avant la Coupe du Monde, l'équipe de France avait mis 8-0 à la Jamaïque. Ça aurait pu être le cas ce soir si les Bleus avaient eu une envie effrénée de faire un carton, tant l'opposition était faible. Alors je sais bien que ça peut paraître un peu rabat-joie d'insister à ce point sur la faiblesse de l'adversaire mais même un Cameroun diminué a été meilleur à tous les niveaux. Hier soir, les Ecossais ont été trimballés de la 1ère à la 90ème minute. Et encore, ils ont eu de la chance que les Bleus n'aient pas spécialement eu envie d'enfoncer le clou en seconde période.

Puisqu'il n'y avait rien en face, c'est extrêmement difficile de tirer des enseignements défensifs de ce match. Au milieu, le trio est en place et Kanté assumera parfaitement le rôle qui était dévolu à Lassana Diarra. On est même tenté de penser qu'il peut faire mieux. Enfin en attaque, il y aura des petits choix à faire. Je pense que lors du premier match contre la Roumanie, Griezmann prendra la place de Coman au coup d'envoi. Giroud et Payet seront également titulaires. En tout cas, ça fait quatre matchs de suite que l'équipe de France met trois buts, peu importe l'adversaire. Ça reste quelque chose d'intéressant.

Hier, si Didier Deschamps avait décidé d'aligner un quatrième élément offensif, je pense que l'équipe de France aurait marqué plus. Mais pour lui, il était surtout fondamental que son équipe ne prenne pas de but et qu'elle garde une organisation très claire pour tout le monde avant le début de la compétition. Tout ça permettra peut-être aux Bleus d'oublier leur semaine pourrie entre les derniers forfaits et les déclarations de certains, toutes plus débiles les unes que les autres.

Pierrot