France - Islande : les notes des Bleus

Griezmann et Payet ont encore été très bons et Evra une nouvelle fois médiocre. De ce côté-là, rien de bien nouveau. Ce qui m’a scotché en revanche, c’est la perf’ énorme de Giroud.

Lloris (6) : Il ne pouvait pas grand chose sur les deux buts encaissés et réalise une super parade sur la tête d’Ingasson. C’était les deux premiers buts encaissés dans le jeu et même si c’est anecdotique au regard du résultat, ça a quand même dû le contrarier.

Sagna (6) : Un match sérieux, assez propre, notamment dans ses remontées de balle. Il a peu participé au jeu mais il faut dire que devant lui, Sissoko a été omniprésent. Défensivement, il s’est montré appliqué et attentif.

Koscielny (6) : Déplacé axe droit, il a comme toujours été rassurant, en prenant un minimum de risques. Remplacé par Mangala pour éviter un carton qui l’aurait privé de la demi-finale. Il faut reconnaître que ce n’est pas évident pour lui, qui enchaîne les matchs avec des partenaires différents, appelés de dernière minute comme Rami ou titularisé pour la première fois comme Umtiti. Quel que soit le partenaire et le poste auquel il est aligné dans l’axe, il répond présent.

Umtiti (5) : Une bonne première mi-temps, sobre et sérieuse. Mais il est coupable sur le premier but islandais puisque Sigthorsson lui passe devant. Passé axe droit après la sortie de Koscielny. Une prestation correcte pour une première sélection. 

Evra (4) : J’avoue que je ne sais plus quoi dire… Même dans un match facile comme celui-là, il n’arrive pas à sortir son épingle du jeu. Il faut toujours aller couvrir dans son dos ses fautes de placement, le premier but vient de son côté, sur le deuxième il est absent du marquage… Il ne sert à rien d’ergoter vu qu’il sera encore là lors du prochain match. Mais quelle constance dans la médiocrité…

Pogba (6,5) : Une excellente première période, à bien des niveaux. A commencer par ce but de la tête sur corner assez impressionnant. A cette hauteur-là, il pouvait dunker sur un panier, et à l’aise. Il a ajouté à cela beaucoup de présence, beaucoup de personnalité dans ses prises de balle. Il est aussi à l’origine du quatrième but, même si c’est surtout la feinte de Giroud qui lance idéalement Griezmann dans l’axe. Il a géré le second acte pépère en pensant à la suite, ce qui peut être compréhensible. 

Matuidi (6,5) : Un énorme travail de l’ombre, notamment pour compenser les errements d’Evra. Beaucoup de ballons grattés et puis c’est lui qui débloque le match avec cette belle ouverture par-dessus la défense pour Giroud qui mène au premier but. On peut continuer à lui tomber dessus à chaque mauvaise performance mais en attendant, le mec est là et il fait le job.

Sissoko (7) : Première mi-temps énorme. Il était partout sur le côté droit, à la récupération, dans le replacement défensif, à droite, dans l’axe et même parfois à gauche. Un peu comme Pogba, il est entré dans une phase de gestion après le repos mais c’est vrai que sa prestation montre qu’il a bel et bien sa place dans les 23 et que sa polyvalence est quand même diablement utile. 

Payet (7,5) : Moins spontané que lors de ses premiers matchs, mais bon, à son poste ce qui compte, ce sont surtout les stats. Encore un but, encore une passe décisive et une entente offensive plus qu’intéressante, surtout avec Griezmann. Trois buts et deux passes décisives en quatre titularisations, c’est une énorme performance pour ce joueur rattrapé par le col au mois de mars et qui revient donc de très loin. 

Griezmann (8) : Malgré un début de match un peu cahin-caha lors duquel il était souvent mal placé et peu inspiré, il a inversé la tendance et comme pour Payet, c’est d’abord sur les stats qu’on va le juger. Et dans ce domaine, avec encore un but - son quatrième, qui fait de lui le meilleur buteur du tournoi - d’un joli piqué et une passe décisive sur corner pour Pogba, il a amplement rempli son contrat. 

Giroud (8,5) : Une heure passée sur le terrain, deux buts, une feinte de corps magique pour Griezmann sur le quatrième but, le tout avec un nombre de munitions plutôt limité : Giroud répond plus que présent dans cet Euro, lui qui n’était pas au départ dans les petits papiers de tout le monde - à commencer par les miens. Et on s’aperçoit que, depuis ses débuts professionnels, l’attaquant d’Arsenal parvient à exploiter 100% de son potentiel, qui est probablement moindre que beaucoup de ses concurrents à son poste chez les Bleus. Mais lui il prouve, il est là et il marque. Deschamps lui a fait confiance contre vents et marées, il a su saisir sa chance, bravo à lui. 

Chez les remplaçants, Gignac voulait visiblement marquer mais a un peu forcé ses actions et il n’est pas non plus entré dans la période où les Bleus étaient les plus saignant au niveau du jeu. Mangala est resté sobre derrière et n’est pas directement impliqué sur le second but islandais. Coman lui, n’a pas eu le temps de se signaler.

Pierrot