La belle nuit niçoise

Grâce notamment à un Mario Balotelli auteur de débuts très prometteurs, les Aiglons ont pris le meilleur sur les Olympiens au terme d'un match passionnant. Un dimanche également ensoleillé pour Rennes et surtout Metz, qui monte sur le podium.

L'après-midi a commencé par le très large succès de Metz à Nantes. Si on regarde ce match sans savoir qui est qui, on se dit qu'il y a un promu qui va au mieux jouer le maintien face à une équipe expérimentée de Ligue 1. Le problème, c'est que les rôles ont été inversés. Je reste effrayé devant la faiblesse de la prestation des Canaris. À l'image d'un Vizcarrondo à l'envers du début à la fin, la défense n'a pas été au niveau. Si le milieu de terrain apporte un peu plus de garanties, devant il n'y a rien et c'est l'éternel problème de cette équipe. Tous les étés, un attaquant plus ou moins exotique déboule de nulle part et n'a jamais l'air meilleur que celui qui était là l'année d'avant.

À côté de ça, il faut aussi louer le calme et les qualités athlétiques de cette équipe de Metz, bien articulée autour de la paire Doukouré - Mandjeck. Ce ne sont pas de simples colosses car au-delà de leur impact physique, ils savent aussi très bien remonter le ballon. Il y a aussi Nguette, joueur qui semble extrêmement prometteur. Et puis que dire de la résurrection de Mevlut Erding ? Après avoir marqué deux buts contre Lille lors du premier match, il a donc réussi un triplé face à Nantes.

Ça me fait vraiment plaisir pour ce joueur qui a connu une vraie crise de confiance après sa deuxième saison au PSG. S'il a ensuite joué pour plusieurs clubs sans jamais totalement convaincre, il a toujours marqué une petite dizaine de buts bon an mal an ce qui prouve quand même son niveau. Actuellement, il a l'air bien, il dégage une certaine sérénité. En tout cas, c'est un super mec, travailleur, sérieux, concerné et c'est très agréable de le voir réussir et revenir à un bon niveau.

À Rennes, il ne manque qu'un avant-centre

En fin d'après-midi, Rennes a disposé assez facilement de Caen même si les Normands ont eu quelques belles occasions annihilées par un bon Costil. Mais au niveau de la mainmise sur le jeu, les Bretons ont été très nettement au-dessus. Le duo de créateurs André - Gourcuff a vraiment monopolisé le jeu. On se prendrait à rêver de voir cette équipe de Rennes avec une ligne d'attaque un petit peu plus conséquente et de meilleure qualité. Evidemment, l'entrée très prometteuse de Ntep en fin de match pourrait donner espoir mais il ne fera pas toute la saison seul au poste d'avant-centre. Et puis lorsqu'il joue, il y a plus de contres alors qu'André et Gourcuff ont un jeu de possession. En tout cas, cette équipe est bien coachée, elle a un style de jeu et de la cohérence dans ses passes et dans son replacement. C'est intéressant.

Et puis, on attendait évidemment avec impatience ce Nice - Marseille, notamment pour assister aux grands débuts de Mario Balotelli. On n'a pas été déçu puisque l'Italien s'est illustré. Dans l'ensemble, on a par ailleurs assisté à un superbe match. Des rebondissements, du suspense, des occasions de but : tout y était. Si la partie a été très agréable, elle a démontré une fois de plus qu'on ne pouvait pas improviser concernant la défense à trois. C'est la première fois que Nice jouait dans cette organisation et les trente premières minutes ont été un désastre sur le plan défensif avec notamment l'égalisation de Thauvin ainsi que deux autres grosses occasions. Avant cela, Balotelli avait ouvert le score sur penalty.

Balotelli, débuts réussis

Le match a été assez serré jusqu'à ce que Marseille prenne l'avantage sur un penalty un peu inutile concédé par Koziello et transformé par Gomis. Et puis, comme par hasard, le match a changé lorsque Favre est repassé à quatre joueurs derrière. Nice a su marquer deux buts pour remporter la victoire. Deux des trois réalisations niçoises ont donc été l'oeuvre de Mario Balotelli. Il faut se rendre compte que pendant quasiment deux ans il n'avait rien fait et que ça faisait quatre mois qu'il n'avait pas disputé le moindre match, même amical. Réussir à marquer deux buts et avoir de telles statistiques - il a juste eu un petit coup de pompe logique aux alentours de la 50ème minute - ça en dit quand même long sur ses qualités. Evidemment, ce n'est pas le seul à avoir brillé. Au milieu de terrain, le trio Seri - Koziello - Cyprien, c'est excellent. Le dernier cité a d'ailleurs été récompensé par le troisième but sur lequel Pelé est grandement coupable.

Mais voilà, cette équipe de Nice a su modifier ce qui n'allait pas en cours de jeu et elle a été récompensée. On a vu un excellent match et même s'il y a plein de choses à corriger, quand on est spectateur neutre et qu'on regarde ça, on passe obligatoirement une bonne soirée. 

Pierrot