La Corse qu'on aime

Certes, le Marseille-Lyon de 21h n'a pas eu lieu. Mais Ajaccio et Bastia ont pris le relais pour assurer le spectacle...

Entendons-nous bien, ce titre ne parle que de football. Mais en même temps, quand je critique ce qui se passe dans les clubs corses, je ne parle aussi que de football. Donc ce qui est valable dans un sens l'est aussi dans l'autre. Après avoir donné une mauvaise image le week-end dernier avec un derby émaillé d'incidents, ce dimanche après-midi a permis aux deux équipes corses de Ligue 1 de montrer qu'elles avaient la capacité de très bien jouer au football, sans le moindre excès.

Pour être tout à fait objectif, Ajaccio a raté le coche à Lorient. L'ACA menait 4-1 à la mi-temps en ayant largement profité des largesses de la défense morbihanaise - à l'image d'un Bourillon comme trop souvent hors du coup - et aussi de la réussite d'Eduardo qui a marqué deux buts exceptionnels du pied droit. Au repos, le 4-1 était logique pour une équipe corse parfaitement adaptée au synthétique.

En deuxième mi-temps, les Bretons ont pris tous les risques avec des choix très offensifs de la part de Gourcuff. La réduction du score d'Aliadière dès la reprise, qui pouvait paraître anecdotique, a en fait permis aux Merlus d'y croire et de prendre encore plus de risques. Et c'est là où Mutu a fauté. Parce que le Roumain a trois occasions énormes de mettre l'ACA à l'abri. Mais il a raté les trois, par dilettantisme, malchance et égoïsme (dans l'ordre).

Belle journée pour le foot corse

Si Mutu avait converti ne serait-ce qu'une seule de ces trois énormes occases, Ajaccio aurait remporté une victoire méritée. Mais de leur côté, les Lorientais ont eu le mérite de ne jamais baisser les bras, à l'image d'un Aliadière qui a marqué un but de la tête assez étonnant niveau détente et qui en est à 5 réalisations en 8 matchs joués. C'était une rencontre très agréable à regarder, ce qui montre qu'on peut voir du bon spectacle sur synthétique même si ce ne sera jamais ma tasse de thé.

Une grosse heure plus tard à Furiani, les Bastiais ont su profiter des absences défensives de Bordelais qu'on a connus plus à l'aise derrière, à l'image d'un Carrasso pas inoubliable sur les deux premiers buts corses, signés Thauvin. Après le repos, les Girondins ont eu pas mal d'occasions, notamment par le revenant Bellion, mais le très joli coup-franc de Kazri a scellé le sort d'un match que Bordeaux a franchement raté.

Au final, c'est donc une très belle journée pour le football corse. Sept buts, une bonne image, pas d'excès, de l'offensive et des points. C'est dans tous ces domaines qu'on les attend dans les semaines à venir...


Pierrot