La fête des promus

Monaco, Nantes, Guingamp. Cette saison, les équipes venant de Ligue 2 font mieux que se défendre. Tout comme Lille, qui trace sa route sans faire de bruit.

Ce n'est pas banal d'avoir trois promus aussi bien classés après 9 journées de championnat même si, évidemment, Monaco n'est pas un promu comme les autres. Mais en attendant le Classico de ce soir, l'ASM est leader du championnat avec 3 points d'avance sur le PSG au terme d'un match relativement pénible face à Saint-Etienne. Les Monégasques menaient au score à la mi-temps grâce à un but de Ferreira Carrasco  magnifiquement servi par James Rodriguez.

En face, les Verts faisaient preuve d'une indigence offensive absolue, ce qui leur a valu un coup de gueule assez phénoménal de Galtier pendant le repos. Du coup, la réaction a été quasi-immédiate, avec cette petite passe dans la surface de Cohade pour Hamouma, qui a profité du mauvais alignement du jeune Tisserand pour tromper Subasic du gauche. Derrière, on a senti les Monégasques empruntés, incapables de changer de rythme, à l'image d'un Falcao décevant et particulièrement tricheur.

Le Colombien a beaucoup truqué, notamment en première mi-temps, ce qui a occasionné de nombreuses discussions animées avec monsieur Fautrel. Et puis ce Rodriguez, qui était pour l'instant la déception côté monégasque depuis le début de la saison, a offert sa deuxième passe décisive à Ocampos pour un but subtil et parfaitement exécuté qui a donné la victoire à l'ASM. S'imposer face à un adversaire pas évident à manoeuvrer et qui possède un gardien de la trempe de Ruffier en sortant un match quelconque, c'est plutôt bon signe.

Engouement à la Beaujoire

Ca prouve également que Monaco a d'autres valeurs. J'avais fait remarquer depuis le début de la saison qu'il n'y avait que Rivière et Falcao qui scoraient dans cette équipe. Moutinho avait brisé cette malédiction à Reims, cette fois ce sont deux joueurs de côté qui ont ouvert leur compteur. C'était important, car dès que Falcao touche la balle, il se retrouve souvent avec trois mecs sur le paletot. Il devenait donc urgent de trouver d'autres solutions pour l'ASM.

Mais Monaco n'est pas le seul promu à faire de belles choses, puisque Nantes a écrasé une équipe d'Evian qui a perdu parce qu'elle a manqué d'attention dans les moments-clés. Car dans le jeu, on se rend compte que la domination des Canaris n'a pas été totale loin de là. Mais cette équipe possède des leaders, à commencer par le dénommé Djordjevic.

Je me souviens du match amical que j'avais vu l'été dernier à la Baule, entre Nantes et Vannes. L'attaquant serbe était alors en instance de départ, il était sur le terrain mais semblait ailleurs, pas concerné du tout. Il est resté et a su se reprendre. Hier soir, il a marqué dès la 2e minute et a doublé la mise à la demi-heure de jeu, ce qui a lancé l'équipe sur de bonnes bases. On sent un engouement dans les tribunes de la Beaujoire et une cohérence sur le terrain, avec une équipe intéressante dans la verticalité et des joueurs qui prennent confiance. Pour le moment, le FCN est une jolie surprise.

Les gouttes d'Oliveira

L'autre jolie surprise, c'est Guingamp. Les Bretons n'avaient pas été récompensés de leurs efforts jusqu'ici - notamment à Reims. Cette fois, ils l'ont emporté dans le derby breton face à Rennes au terme d'un match assez curieux, avec une première mi-temps agréable et ponctuée de belles occasions de part et d'autre. Ensuite, Rennes a été un peu écrasé par les circonstances avec deux chocs assez sérieux - Danzé percuté par Beauvue et Hountondji blessé en taclant Yatabaré.

Perdre deux joueurs dans ces conditions n'a évidemment pas aidé des Rennais qui avaient l'air d'être dans de meilleures dispositions que ces dernières semaines sur le plan du jeu. A deux bémol près : d'abord, Féret est porté disparu, ce qui est problématique. Et le comportement d'Oliveira, expulsé fort justement en seconde période pour un tacle par derrière alors qu'il aurait déjà pu l'être en première. Ce garçon a des qualités de buteur mais il va quand même falloir qu'il prenne ses gouttes assez rapidement.

Et puis pendant ce temps-là, sans faire de bruit, il y a Lille. Sous la houlette d'un Kalou inspiré, les Dogues ont facilement dominé Ajaccio et pointent à la 4e place du championnat. Le LOSC n'a certes pas la même qualité de jeu qu'il y a deux ou trois ans - il n'a pas non plus les mêmes joueurs - mais il réalise le meilleur début de championnat du club depuis fort longtemps. Une équipe dont le comportement sera à suivre dans les semaines à venir.

Allez, on se retrouve évidemment ce soir après le Classico.

Pierrot