Lyon peut y croire, Bordeaux encore plus

L'OL s'est bien battu - avec un but stratosphérique d'Umtiti - mais l'OL s'est incliné face au talent d'une star : Gareth Bale.

Grâce à l'aimable invitation d'Hugo Lloris, j'étais donc avec le sympathique Nicolas Pré de Canal+ à White Hart Lane tout à l'heure, où on a assisté à un match assez moyen globalement. Cette équipe de Tottenham ne m'a guère impressionné, notamment sur le plan offensif. Mis à part Lennon, qui est assez infernal sur son côté droit, on n'a pas vu grand chose, à l'image d'un Adebayor fantomatique.

Maintenant, il faut reconnaître que malgré les louables efforts de Bafé Gomis, on a peu l'impression qui fallait un accident industriel pour que l'OL en mette un. C'est ce qui est arrivé avec cette demi-volée insensée d'Umtiti. Alors on était vraiment bien placés sur le coup et on a bien vu qu'il l'a préparée, qu'il était concentré, équilibré… et il a envoyé une sonde en pleine lunette ! Exceptionnel.

C'est un but important parce qu'il laisse ouvert le match retour, même si les Lyonnais doivent être bien déçus d'encaisser ce coup-franc de Bale - copie carbone du premier - dans les arrêts de jeu. Gareth Bale qui est la star incontestée des Spurs et qui l'a justifié par ces deux coups-francs. A défaut d'autre chose, parce que pour le reste, le Gallois a fait un match très médiocre. Mais bon, voilà : le premier coup-franc, qui passe par-dessus le mur et replonge dans le soupirail de Vercoutre, est hors norme.

C'est le propre des joueurs de classe mondiale de gagner un match tout seuls, même en étant mauvais. On n'oubliera cependant pas de noter que l'OL aurait dû obtenir un pénalty pour une faute sur Gomis. Là aussi on était très bien placés, à 10 mètres juste en face. Remarquez, le juge de touche aussi, mais lui n'a rien vu. Lyon s'est bien battu autour d'un excellent Gonalons et d'un Malbranque qui a sorti son meilleur match en 2013, ce qui est encourageant pour la suite.

On sera moins élogieux concernant Lisandro Lopez, qui semble vraiment aux abonnés absents. Maintenant, malgré la défaite et la déception, il n'en reste pas moins que ce score permet à Lyon d'espérer réussir ce qui serait un gros coup lors du match retour, à Gerland.

Evidemment, n'ayant pas le don d'ubiquité, je ne pourrai pas vous parler du bon résultat obtenu par les Girondins à Kiev, mais juste constater que ce match nul 1-1 offre à Bordeaux de très bonnes chances de passer.

Pierrot

PS : Ayant encore une interview à réaliser pour le blog, je ne rentrerai à Paris que samedi. Par définition, je ne pourrai donc pas voir le Lille-Rennes de ce soir. Mais avec la conscience professionnelle qui me caractérise, je l'ai enregistré. Je le materai donc samedi et vous en parlerai dans le post de samedi soir.