Error block

Votre block de type canalplus.creativemedia.fragment.main_image manque d'informations et il ne peut être affiché.

Minimum syndical pour Lyon et Lille

Le LOSC et l'OL accrochés, le réveil offensif du Stade Rennais et la revanche de Reims sur le money time : voilà les premiers faits marquants de la 3e journée de Ligue 1.

Sur les matchs de vendredi et samedi, la principale interrogation était de savoir quel rendement allait offrir le LOSC après sa défaite à Copenhague mardi et avant le match retour à 20 M€ qui attend les Nordistes mercredi. Dans cette optique, Rudi Garcia avait décidé de faire tourner, un choix qui ne s'est pas avéré très payant dans la mesure où Lille a arraché un match nul à Nice qu'il doit avant tout à un Landreau de classe mondiale.

Le gardien du LOSC a en effet sorti trois parades incroyables : le lob piqué de Bosetti détourné, la claquette sur la tête de Civelli alors qu'il était pris à contre-pied, et la frappe de Bauthéac détournée par Payet. A côté de ça, dans le jeu les motifs de satisfaction sont assez rares pour les Nordistes. Certes, ils ont trouvé la faille à deux reprises. Mais d'un autre côté ils prennent beaucoup trop de buts depuis le début de la saison. Quand on sait qu'ils en ont un de retard à rattraper mercredi, ce n'est pas très rassurant.

En soirée, on a eu droit à un spectaculaire Rennes-Bastia, match marqué par un arbitrage dont les Corses pourront se plaindre, entre le but d'Alessandrini sur lequel ils ont un joueur à terre et l'expulsion d'Ilan qui a changé la face de la rencontre. Côté breton, on a vu une équipe qui s'est enfin lâchée sur le plan offensif, ce qui n'est pas son point fort habituellement. Est-ce que cela va durer ?

Bastos exemplaire

Dans les autres matchs de la soirée, je relève que Reims, battu à la 95e minute la semaine passée à Bastia, l'a cette fois emporté lors de cette même 95e minute devant Sochaux. A mon avis, les Lionceaux vont avoir les pires difficultés à conserver leur place en Ligue 1 cette saison, d'autant qu'ils devraient perdre Perquis et Boudebouz la semaine prochaine.

Avant cela, Lyon avait ouvert cette 3e journée vendredi avec un match assez morne à Evian - sans Gourcuff ni Grenier, l'OL a beaucoup de mal à la création - au terme duquel ils ont réussi à sauver le match nul grâce à un coup-franc surpuissant de Bastos. Le Brésilien vit une situation paradoxale. La mode est à la critique généralisée des footballeurs, qui seraient tous des mercenaires sans foi ni loi. Mais dans le cas de l'ancien Lillois, les choses sont totalement différentes.

Car c'est bien l'OL qui veut vendre Bastos. Jean-Michel Aulas a eu des mots assez durs envers lui et tient absolument à le céder pour renflouer les caisses du club. C'est son droit, mais il faut reconnaître que le comportement du Brésilien sur le terrain est exemplaire depuis le début de la saison. Deux fois entré en jeu, deux buts inscrits presque aussitôt ! S'il part, il pourra le faire la tête haute...

Je vous laisse là-dessus, on se retrouve ce soir après le CFC avec du lourd au programme : Montpellier-Marseille, Saint-Etienne-Brest et PSG-Bordeaux.

Pierrot