Monaco y va tout droit

Lyon et Monaco sont les deux grands gagnants du jour dans le haut du tableau. Dans le bas, Reims et Bastia se sont donnés un peu d’air, alors que Toulouse, Montpellier et Ajaccio font du surplace.

C’était le troisième match en huit jours pour toutes les équipes et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela s’est vu. Surtout sur le plan physique, avec une fatigue évidente qui a eu pour conséquence de faire chuter le niveau technique et de générer beaucoup de fautes et de coups, qui ont eux-mêmes provoqué un paquet de cartons rouges. Le premier d’entre eux a été sorti lors du triste derby de la Côte d’Azur qui ouvrait la journée et décerné à Dirar, pour une faute suivie d’une contestation. 

Triste parce que j’attendais autre chose d’un match où le deuxième du classement accueillait le troisième. Un match où les imprécisions techniques étaient nombreuses et qui s’est un peu débridé sur la fin, avec le seul but de la rencontre inscrit par Bakayoko. Avec cette victoire étriquée, l’ASM fait une fameuse affaire et, sans être encore intouchable vu le nombre de matchs restant à jouer, a désormais toutes les cartes en main pour tenir cette deuxième place jusqu’au bout. 

De son côté, Lyon a gagné son deuxième match de la semaine 3-0, en ouvrant rapidement le score grâce à une très jolie frappe enroulée du gauche de Jallet dans la lunette de Letellier. Évidemment, le fait du match concerne l’expulsion de Mangani. C’est peu dire que je ne suis pas d’accord avec l’analyse de Mickaël Landreau. On peut me dire ce qu’on veut mais l’arbitre n’est pas loin et lui, tout ce qu’il voit, ce sont les crampons sur la cheville de Tolisso, qui sort de faire soigner. Pour moi, la décision est la plus logique qui soit à vitesse réelle.

Le festival Moreira

L’argument de Mangani selon lequel c’est Tolisso qui vient mettre la jambe sous sa semelle est à la limite du risible. Quant à Stéphane Moulin, qui déclare qu’à sa connaissance, « Tolisso n’a pas été plâtré » puisque c’est lui qui marque le troisième but, c’est juste scandaleux. Derrière, c’était trop dur physiquement pour des Angevins un peu émoussés. Ghezzal a enfoncé le clou en réalisant la copie conforme du but de Jallet - mais avec son bon pied - avant que Tolisso ne donne une ampleur plus importante à la victoire des Lyonnais qui, avec ce succès, se replacent dans le Top 5 et peuvent de nouveau envisager d’accrocher le podium. Même si je ne les ai toujours pas trouvés en progrès sur le plan physique.

Et puis on a eu droit à un samedi soir d’une infinie tristesse, où on a passé plus de temps à comptabiliser les cartons rouges que les buts. Comme pratiquement tout le monde, Bastia s’est servi ses trois points contre Troyes. Au-delà de la victoire du Sporting, on retiendra l’arbitrage une fois de plus hors du temps de monsieur Moreira, dont on se demande vraiment ce qu’il fait en Ligue 1. Il expulse Leca alors que le gardien corse ne fait aucune faute puisque c’est même lui qui prend le coup d’épaule de Mavinga. A la limite, s’il doit y avoir une faute, c’est celle de Cioni qui se place sous Mavinga déjà en extension. Et le festival a continué avec le penalty sifflé pour Bastia et l’expulsion de Camus alors que c’est Martial qui fait la faute… Bref, Bastia s’est donné de l’air mais sera privé de son gardien sans doute pour plusieurs matchs. A un moment de la saison où la situation commence à être très tendue pour ces clubs qui jouent leur peau, je trouve ça regrettable. 

Je jetterai un voile pudique sur le contenu de Toulouse-Nantes, en me bornant à dire que le Téfécé est en phase d’effondrement et voit l’écart avec les équipes de devant se creuser dangereusement. Montpellier est toujours relégable mais est allé prendre un bon point sur la pelouse de Merlus qui piétinent un peu ces derniers temps. Enfin, Reims a fait une belle semaine à 6 points avec un succès logique sur la pelouse d’une équipe de Caen décevante. Les Champenois sont encore loin d’être sortis d’affaire mais je trouve quand même qu’il y a des équipes dans ce championnat qui jouent nettement moins bien au foot. Sur ce match, les hommes de Guégan en ont été récompensés. 

Pierrot