Outsider, quel outsider ?

Parmi les "gros" ou du moins les mieux classés de notre championnat, seul Nice a pour l'instant pris trois points lors de cette trentième journée. Un bilan comptable surprenant, mais auquel on commence à s'habituer et qui explique sûrement pourquoi le PSG sera probablement champion ce dimanche...

Demain à 14h, le PSG sera très certainement champion de France, à neuf journées de la fin. Beaucoup trouvent ça scandaleux. Quand on voit le comportement des autres clubs et surtout des grosses cylindrées supposées être un petit peu plus proches de l'ogre parisien, comment s'en étonner ? Ça a commencé vendredi soir avec un match assez consternant de l'AS Monaco, qui a concédé son troisième nul consécutif contre Reims. Comme face à Caen, les hommes de Jardim ont mené deux fois au score et se sont faits reprendre avec une apathie défensive qu'on ne leur connaissait pas. Carvalho est complètement rincé et Toulalan ne peut pas boucher tous les trous non plus. D'une manière générale, on n'a pas senti une envie extraordinaire dans l'équipe. 

Ça a évidemment continué ce samedi après-midi avec l'énième match nul de Marseille à Lorient. Si les Olympiens prennent un point, ils le doivent uniquement à Mandanda, qu'il faut féliciter. Sans leur gardien international, ils auraient sûrement pris trois ou quatre buts. En première mi-temps, les Merlus ont littéralement haché leurs adversaires, stupéfiants de renonciation. Mis à part Isla et son gardien, donc. Avant le match, Michel avait ironisé sur son avenir, sur le niveau de son équipe et même sur la situation géographique de Marseille. Après, il a fracassé ses joueurs. Comme les autres, il navigue à vue. On a désormais hâte que cette saison se termine pour l'OM mais rien ne dit que la prochaine ne sera pas encore plus compliquée. 

Parmi les soi-disant favoris, il y a aussi Saint-Etienne. Les Verts ont fait un match lamentable - et ce n'est pas le premier - à Guingamp. Les Bretons avaient besoin de se rassurer après leur défaite à Lyon et ont marqué deux jolis buts. Suffisant forcément, puisque Saint-Etienne est incapable d'avoir un jeu offensif digne des deux premiers tiers de la Ligue 1. On savait que c'était cuit bien avant le coup de sifflet final. 

Bordeaux, de mal en pis

Je pense quand même que le pompon de la nullité revient aux Girondins de Bordeaux. Ils occupent désormais la quatorzième position et ont donc réussi la prouesse exceptionnelle d'en prendre quatre à Toulouse. Même s'il y a un effet Dupraz, il faut le faire exprès ou presque pour en prendre autant au Stadium. Ben Yedder a marqué un joli but, l'arbitre a sifflé deux penaltys et il y avait plusieurs absents. Mais ce match des Bordelais est une démission collective que les blessures ne peuvent pas expliquer. Sagnol peut continuer à faire de l'humour et Triaud peut siffler son air du tout va bien en alternant les foutages de gueule et les allumages en règle de la presse. Seulement la presse est comme tout le monde, elle a des yeux et elle voit ce club, qui reste un des bastions du foot français, s'effondrer joyeusement vers le fond du classement. Et ce sans qu'il n'y ait le début du commencement d'une réaction. 

Finalement, la seule équipe qui a vraiment réussi à confirmer, c'est Nice. Les Aiglons l'ont emporté à Montpellier, ce qui n'était pas arrivé depuis vingt ans, quand même. Le retour d'Hatem Ben Arfa, même s'il n'a pas été forcément omniprésent dans ce match, est important. Quand il est là, l'équipe joue avec bien plus de confiance. Il a notamment délivré une passe décisive sur le but de Pléa. Ce dernier a marqué son premier but depuis août et quand il retrouvera la forme, il sera lui aussi un atout supplémentaire dans l'attaque du Gym. Nice reste toujours au contact et revient à cinq points de Monaco. Demain soir, le match entre Rennes et Lyon sera passionnant puisque le vainqueur pourra rêver tout haut de la Ligue des Champions. 

Enfin un petit mot pour dire que Bastia, après une belle série, a perdu à domicile contre Lille, notamment sur un but exceptionnel de Sofiane Boufal. En Corse, dans un match très important sur le plan comptable, Ajaccio l'a emporté contre Caen sur une tête lobée un peu chanceuse de Boutaïb. Mais peu importe la manière, les points comptent plus que les dorures. 

Pierrot