So Nice !

Les Aiglons ont fait sensation hier soir en étrillant le leader monégasque, avec un deuxième doublé consécutif pour Balotelli. Pendant ce temps-là, Lyon cartonnait Montpellier, Bordeaux corrigeait Metz et Rennes renversait l’OM.

Cette 6e journée a commencé par une victoire assez chanceuse de Toulouse à Lille. De toute façon en ce moment, les joueurs d’Antonetti sont noirs comme l’ancien charbon du Nord. Ils peuvent faire n’importe quoi, ils perdront systématiquement. Comme le dit le technicien corse, « il faut faire le dos rond ». Certes, mais il faudrait aussi marquer des buts de temps en temps. Le doublé de Toivonen a propulsé Toulouse dans le haut du classement, ce qui va nous donner un choc contre le PSG ce week-end.

Le PSG qui a remporté mardi, au tout petit trot, son match face à Dijon au Parc. Une équipe bourguignonne sympathique, qui a développé une qualité de jeu intéressante mais s’est heurtée au réalisme parisien. Un csc, un péno, une tête de Lucas et l’affaire était pliée. Un match sans histoire et sans intérêt face à un promu. Le choc de cette 6e journée avait lieu en début de soirée à l’Allianz Riviera, où Nice a créé une énorme surprise en écrasant Monaco. 

Quand on voit combien certains clubs ont du mal à recruter intelligent, malin et de qualité, et qu’à côté de ça le Gym réussit en quelques jours à attirer Dante, Belhanda et Balotelli, c’est une belle leçon. C’est vrai que le début de match a été un peu compliqué pour les Niçois et que l’ouverture du score de Baysse a lieu contre le cours du jeu. Mais bon, les Monégasques ont souvent ouvert le score contre le cours du jeu ces dernières saisons, ça leur a montré ce que ça fait.

La Ligue 1 est-elle faible à ce point ?

En revanche, de façon assez inexplicable, les joueurs du Rocher se sont totalement désunis et l’ASM a explosé en vol, laissant Balotelli inscrire son désormais traditionnel doublé. Deux très jolis buts. Alors est-ce que la Ligue 1 est faible à ce point qu’un mec qui a planté deux buts en deux ans déboule comme ça et en met quatre en deux matchs ? Toujours est-il que le succès du Gym ne souffre aucune contestation sur l’ensemble du match. 

Au Parc OL, Lyon a remporté une très large victoire devant Montpellier, mais une victoire en trompe-l’oeil. L’inénarrable Varela a tué le match au bout de sept minutes en expulsant de manière totalement inconsidérée le jeune Poaty pour un tacle qui ne valait certainement pas un rouge. Le penalty de l’égalisation obtenu et transformé par Fekir, quant à lui, est assez tendancieux. Evidemment, en se retrouvant en infériorité numérique pendant 85 minutes, c’était trop dur pour les Héraultais. Ce match aura en tout cas permis de confirmer tout le talent de Tolisso. Ce joueur est extrêmement intéressant et s’il continue sur cette lancée, on pourrait le retrouver assez vite en Bleu.

Dans les autres matchs de 19h, Guingamp a enfoncé Lorient grâce à un penalty de Briand et Bastia a concédé le nul face à Nancy sur sa pelouse. Enfin, pelouse… Honnêtement, je ne comprends pas que la LFP autorise la tenue d’un match de Ligue 1 sur un « truc » aussi scandaleux. Ça pour faire bosser les avocats, il y a du monde à Bastia, mais pour ce qui est de faire bosser les jardiniers, ça a l’air beaucoup plus compliqué.

A part ça, Angers a confirmé son retour en forme en montrant de nets progrès sur le plan offensif. J’ai seulement peur que Ketkeophomphone, auteur d’un très joli but, ne soit gravement blessé au genou. Et puis comme prévu, Nantes et Sainté nous ont offert un magnifique 0-0. Ce qui n’était pas prévu, c’est le scénario de ce match, avec un Galtier obligé d’effectuer trois remplacements sur blessure lors des 20 premières minutes, plus une expulsion très sévère (de Malcuit) et un penalty - bien arrêté par Ruffier. Derrière, les Stéphanois ont évidemment souffert mais Ruffier a livré une prestation exceptionnelle. Enfin de toute façon, Nantes est incapable de marquer un but. Ça aide aussi.

Marseille continue de nous faire rire

De son côté, Bordeaux continue les montagnes russes. Après un match complètement raté à domicile contre Angers, les Girondins l’ont facilement emporté à Metz, sans Ounas ni Ménez. Et puis en clôture de la journée, Marseille a continué de nous faire rire - ou pleurer, selon le point de vue. Dans ce match, les Olympiens avaient déjà beaucoup de chance en menant au score à un quart d’heure de la fin, parce qu’ils étaient quand même bien dominés par des Rennais qui avaient tapé deux fois le poteau. 

Et comme à Nice, l’OM a réussi l’exploit de s’incliner. Plusieurs raisons à cela. La faillite individuelle d’Hubocan, fautif sur les deux premiers buts. Et les choix incompréhensibles de Passi qui, en infériorité numérique, fait rentrer un attaquant… arrière droit. Le but devait être de contrer la vitesse de Ntep. Sauf que l’attaquant rennais est sorti quelques minutes après. Ça n’a donc servi à rien, sauf à laisser des boulevards à Grosicki, qui s’est arraché côté gauche pour offrir le ballon de la gagne à Hunou. 

L’OM a donc marqué quatre buts lors de ses deux derniers déplacements sans prendre le moindre point. C’est impossible de bien figurer en Ligue 1 avec une défense d’une telle faiblesse. Alors, on est bien d’accord que Rolando, ce n’est pas Sergio Ramos ni Pepe. Mais c’est quand même mieux qu’Hubocan ou Sarr bricolé en position de latéral droit. Je pense que ça ne va pas tarder à gronder très, très fort du côté de Marseille. 

Pierrot