Le gros coup de Lyon

Lyon s'est donc offert une victoire de prestige face au PSG. Les Lyonnais ont marqué aux deux extrémités du match. Il y a d'abord eu ce coup franc assez incroyable de Fekir à la deuxième minute. Je suis tout à fait d'accord pour dire que son tir est sublime mais le placement d'Areola est invraisemblable. Le coup de pied arrêté est à 36 mètres et il n'est absolument pas masqué. Ce n'est pas acceptable d'encaisser ce but. Quant à Memphis Depay, il a donné la victoire à son équipe en toute fin de match en rentrant sur son pied droit pour trouver une lunette incroyable.

Globalement, on a assisté à un affrontement d'une grande intensité, assez pauvre en occasions mais disputé sur un rythme élevé. Les Lyonnais ont fait un gros premier quart d'heure avant de laisser l'initiative du jeu aux Parisiens, qui ont égalisé sur une très jolie volée de Kurzawa juste avant la mi-temps. En seconde période, le match a un peu basculé avec l'expulsion tout à fait logique de Dani Alves, qui mérite le jaune sur sa faute et qui se permet de provoquer l'arbitre avec véhémence. On ne recrute pas un joueur de cette expérience pour qu'il plante son équipe comme ça au milieu d'un match. C'est un comportement nul mais qui aura au moins l'avantage de laisser jouer un peu plus Meunier, qui le mérite.

L'autre gros fait de jeu, c'est la sortie kamikaze de Lopes sur Mbappé. Alors d'accord le portier touche le ballon mais derrière il va percuter Mbappé très violemment au-dessus des hanches. C'est une sortie totalement non-maîtrisée. Il y a jeu dangereux et dans ce cas-là, c'est penalty et carton rouge. Je ne vois même pas comment on peut lire cette action autrement. Encore une fois, le fait d'avoir le ballon en premier ne justifie pas d'exploser son adversaire derrière. Mbappé est sorti sur une civière et est en observation depuis cette action qui a lourdement influencé ce match.

Plus compliqué à l'extérieur

Il n'en reste pas moins que c'est ce qu'on pourrait appeler le sixième gros match disputé sous l'ère Emery à l'extérieur (Monaco, Nice et Barcelone l'année dernière, Marseille, le Bayern et donc Lyon) et c'est la cinquième fois sur six que le PSG perd. Emery semble incapable de faire monter son équipe d'un cran à l'extérieur. Contre l'OL, j'ai trouvé son coaching assez invraisemblable. Plutôt que de faire sortir Verratti pour faire rentrer Pastore, il aurait mieux fait de remplacer Draxler, inexistant depuis son entrée en jeu.

En attendant, depuis des semaines, on entend que le PSG est favori contre le Real parce que les Madrilènes ont des problèmes. Ce soir, le PSG a perdu alors que le Real en a passé sept à La Corogne. Les girouettes vont certainement changer d'avis. Mais ce qui est sûr, c'est qu'à Bernabeu, il faudra une maîtrise émotionnelle nettement supérieure pour espérer faire un résultat qui laisse au moins les Parisiens en vie avant le match retour au Parc des Princes.

Nice grimpe, Monaco s'accroche

Dans l'après-midi, Nice a petitement battu Saint-Etienne sur un coup franc de Cyprien où la responsabilité de Ruffier est engagée. Le coup de pied arrêté est bien tiré mais c'est un peu comme celui de Fekir, il est évitable même si Cyprien est plus près. Les Verts ont eu quelques situations avec notamment cette belle demi-volée du gauche de Ntep. Mais l'ensemble est encore très friable et surtout, les points ne sont pas engrangés. Il faut attendre que M'Vila et Ntep apportent quelque chose à cette équipe mais pour l'instant, on est loin du compte. Les Niçois n'ont pas fait un grand match et n'ont pas vraiment réussi à servir Balotelli mais ils sont revenus à la hauteur de Nantes avec une qualité de jeu appréciable.

Enfin, Monaco a battu Metz 3-1 avec un très joli but de Jorge - sur lequel il s'est malheureusement blessé -, une belle inspiration de Ghezzal et une conclusion de Lopes, seul face au but après un bon service de Fabinho. Je ne peux pas dire que j'ai trouvé les Grenats inexistants dans ce match. Alors évidemment, ils ne se sont pas distingués offensivement mais dans le jeu, ils n'ont pas été mis en difficulté outre mesure par une équipe de Monaco que je trouve toujours assez poussive. L'ASM va passer deux gros tests lors des prochaines journées, à Marseille puis à Louis II face à Lyon. Deux équipes qui semblent bien plus en forme en ce moment. On en saura peut-être un peu plus sur ce fameux match à trois après ces confrontations directes.

Pierrot