Marseille régale, Monaco cale

Cette première journée de Ligue 1 de 2018 a commencé vendredi avec l’incontestable et facile victoire de Guingamp à Strasbourg. Des Alsaciens qui sont complètement passés au travers de leur première mi-temps et ont montré un niveau technique très faible - mais comment peut-il en être autrement quand il manque les trois meilleurs techniciens de l’équipe, Liénard, Aholou et Terrier. Les joueurs de Laurey ont encaissé deux buts assez rapidement dans le match et n’ont ensuite jamais fait preuve de leur enthousiasme habituel. C’est une bonne victoire pour les Bretons au terme d’un match assez moyen.

Samedi après-midi, l’OM a fait comme toutes les grandes équipes de ce championnat en allant se servir au Roazhon Park. Rennes restait sur quatre puis six buts encaissés face au PSG et en a donc pris trois face aux Phocéens. Cela en dit long sur l’incapacité voire l’incompétence de cette équipe dès que le niveau monte un peu. Les Rennais qui ont pourtant eu l’occasion d’ouvrir le score en première mi-temps, mais Hunou s’est heurté à un superbe Mandanda. Ensuite, Marseille était trop dominateur, Koubek a magnifiquement stoppé un penalty de Thauvin mais a dû s’incliner deux fois avant le repos.

D’abord sur un but de Germain bien servi dans l’axe par Thauvin puis un autre de Sanson bien servi par le même Germain, qui vient donc de prendre une belle avance sur Mitroglou pour le poste d’avant-centre. En deuxième période, les Marseillais ont un peu plus géré mais ont quand même alourdi le score par Thauvin de la tête, l’ailier étant tout près de signer l’un des plus beaux buts de la saison en fin de match avec un lob de près de 50 mètres qui s’est écrasé sur la transversale d’un Koubek archi-battu. Pas de doute : Thauvin est en grande forme cette saison.

Et puis dans la soirée, mes nerfs ont lâché devant Montpellier-Monaco, avec deux équipes qui ont attendu la 75e minute pour se décider à prendre un minimum de risques. Avant cela, Montpellier a confirmé sa super organisation défensive et en face, Monaco a confirmé que sans Falcao, il lui était très compliqué de marquer des buts. Le match nul et vierge était donc la seule chose qu’on pouvait attendre de ce pauvre match.

Le mariole devant la caméra

Toujours en soirée, j’ai noté la réaction de plusieurs mal classés, à commencer par Metz qui a bien réagi après avoir pourtant encaissé un joli but de Tavarez dès la première minute en égalisant à une minute de la fin sur un aussi joli but de Roux. Toute la partie, les Messins ont montré leur progrès et un jeu d’une qualité très intéressante. Cela leur fait sept points pris lors des trois derniers matchs. Alors bien sûr, il en faudra beaucoup d’autres avant de revenir dans la course au maintien, mais il est évident qu’ils sont sur la bonne voie et que l’espoir est bel et bien de mise en Lorraine.

La bonne voie, Amiens semble en être sorti depuis plusieurs semaines, avec cette défaite à Nice, la cinquième consécutive, sur une frappe de Lees-Melou. Malgré leur abnégation et l’immense qualité de leur entraîneur, les Picards semblent s’enfoncer inexorablement au classement. Un peu comme Troyes, qui a raté le coche face à Bordeaux avec ce penalty de Khaoui repoussé par Costil. Trois minutes plus tard, Malcom enchaînait déboulé côté droit et centre enroulé du gauche pour la tête victorieuse de Laborde, le grand oublié de la première partie de saison girondine. L’ESTAC a ensuite essayé d’égaliser mais Bordeaux, qui ne respire pas la grande confiance, a réussi à tenir ce résultat et prendre trois points importants.

Et puis on attendait les débuts de Galtier sur le banc lillois et cela s’est soldé par une victoire à Caen. Un succès incontestable au regard de l’évidente supériorité technique des Nordistes sur une pelouse pourtant inqualifiable. Pepe a ouvert le score d’une petite frappe enroulée du gauche sur un beau décalage de Benzia. L’attaquant lillois qui a ensuite fait le mariole devant la caméra mais aucunement devant les supporters normands. C’est pourquoi je ne m’explique pas la réaction exacerbée de Vercoutre. Maintenant, est-ce que cela valait carton rouge pour le portier caennais ? Je ne le pense pas. Tout comme je pense que l’expulsion de Ballo-Touré, pour une semelle pas foncièrement volontaire, n’était pas nécessaire. Mais bon, il faut que les arbitres aussi digèrent leur réveillon…

Pierrot