Neymar, magie et polémique (de merde)

Je vais parler de mes amis strasbourgeois pour attaquer ce post, mes Strasbourgeois donc, qui viennent de perdre trois matchs consécutifs mais n’ont perdu qu’une seule place au classement, passant de la onzième à la douzième. Cela veut dire une chose : derrière, ça ne gagne pas beaucoup. Amiens a fait nul à domicile contre Montpellier, Troyes s’est nettement incliné à Angers… Ce n’est pas la grosse fête pour les promus ces dernières semaines.

A part ça, Lille a perdu un match imperdable à la maison. Les Nordistes menaient 1-0 après un joli but d’Alonso de la tête jusqu’à la 85e minute. Mais une grosse faute de main de Maignan sur une frappe lointaine de Léa-Siliki et un coup du sort transformé par André ont permis aux Bretons d’obtenir une victoire inespérée. Même si elle est à créditer d’un match correct, cette équipe rennaise souffre d’un manque criant d’attaquants capables de marquer et il faudrait peut-être que Létang se penche sur ce dossier. Seulement, pour avoir un bon avant-centre, il faut dépenser un peu de sous. Et ce n’est pas la spécialité locale.

Toulouse a évité une énième défaite à domicile face à Nantes, qui avait ouvert le score avant le repos par Krhin de la tête. Malheureusement, c’est sur un penalty cadeau de Gradel, qui se fait un auto-croc-en-jambe avant d’effleurer la jambe de Tatarusanu, que le Téfécé est parvenu à égaliser. Encore une bourde d’arbitrage lors de cette journée. Mais bon, il faut croire qu’il est plus important de sauver le soldat Chapron que de se poser les vraies questions sur l’arbitrage en France.

Metz a engrangé son dixième point en quatre matchs et commence à y croire de plus en plus. Je me souviens quand le club lorrain enchaînait les défaites m’être souvent étonné de ces difficultés vu la qualité de leur effectif. Depuis l’arrivée de Hantz, l’équipe a pris en confiance, Dossevi qui surnageait souvent lors des matchs perdus a marqué son premier but cette saison et Roux a marqué et délivré une passe décisive. Je serais moins élogieux concernant les Verts, retombés de très haut malgré les débuts de M’Vila. Et encore, sans un excellent Moulin dans les buts, l’addition aurait pu être plus lourde.

Affaire d’État et presse de merde

Enfin dans le haut de tableau, Lyon a gagné tranquillement à Guingamp, un match remporté 2-0 mais que les Rhodaniens auraient pu gagner beaucoup plus largement sans un Johnsson auteur d’une super partie. Et en soirée, c’était le premier match de l’année au Parc pour le PSG, qui a fêté ça en signant la plus large victoire de l’histoire du club à domicile (le record absolu datant du 9-0 d’il y a deux ans à Troyes). Alors évidemment, on s’attendait à une lourde défaite du DFCO dans ce match qui opposait la pire défense à la meilleure attaque. Mais on ne s’attendait pas à ce que Paris marque dès la quatrième minute et que le score soit déjà de 4-0 à la mi-temps.

Et c’est la grande différence de ce PSG avec certains de ses devanciers : quand il est bien dans un match, il ne lâche pas le morceau et va au bout de toutes ses actions. Il y a d’abord eu le doublé de Di Maria - son premier but est magnifique -, la tête de Cavani qui lui permet d’égaler le record d’Ibra et surtout le match de mammouth de Neymar, auteur d’un quadruplé et de deux passes décisives. Et qui a pourtant quitté le terrain très fâché. J’imagine que c’est à cause des sifflets qui ont accompagné son penalty réussi qui privait Cavani du record.

Et je suis sûr que ça va être une affaire d’État et qu’on va plus parler de ça que de la qualité du match du PSG et de la prestation XXL de Neymar. Je suis persuadé que toute la presse de merde va en faire des caisses là-dessus, en mode « et pourquoi il ne l’a pas laissé tirer le penalty ? », « il va quitter le PSG parce qu’il n’a pas aimé les sifflets » et autres conneries du même genre. Mais bon, cette année c’est le lot du PSG de faire parler les bavards…

Pierrot