Angers est toujours là

Les Angevins, victorieux de Lillois qui n'ont pas vraiment changé, sont de nouveau les dauphins du PSG, déjà champion d'automne. De son côté, Toulouse a obtenu un succès mérité et important face à Nice.

Evidemment, l'information principale de ce samedi, c'est que le PSG est champion d'automne dès la 15ème journée. C'est tout sauf un scoop puisque Paris recevait Troyes au Parc des Princes. De ce match, on retiendra surtout l'hommage remarquable qui a été rendu avant le coup d'envoi aux victimes des attentats du 13 novembre. Pour avoir vécu pas mal de minutes de silence gâchées au Parc des Princes par le passé, on peut se féliciter d'avoir assisté à ce silence si lourd et absolu pendant une minute. 

Sur le jeu, Laurent Blanc pourra se dire que même face à Troyes, son 4-4-2 est inefficace. Sur les quatre joueurs offensifs alignés, seul Cavani défendait. Forcément, c'est un petit peu compliqué à gérer. Le repositionnement en 4-3-3 après le repos a permis au PSG de prendre ses distances, sans forcer. Une tranquillité nécessaire puisque les bizarreries du calendrier font que Paris a joué mercredi à Malmö, samedi contre Troyes et jouera mardi à Angers puis de nouveau vendredi à Nice. Ça fait quand même quatre matchs en dix jours et il est normal que la rotation de l'effectif soit plus que conséquente, surtout vu le nombre de blessés. Concernant Troyes, on a vu que cette équipe était loin d'être la plus mauvaise en terme de maniement du ballon. Il est évident que le manque de puissance offensive et de joueurs de qualité dans ce secteur est rédhibitoire, encore plus face à Paris.

 

Nouvel entraîneur, même résultat

Dans la soirée, on attendait de voir la réaction du LOSC version Antonetti à Angers. Ceux qui ont vu les matchs de Lille depuis le début de la saison savaient qu'un simple changement d'entraîneur n'allait pas tout arranger, à moins de nommer David Copperfield. Visiblement les joueurs n'avaient pas du tout compris le limogeage d'Hervé Renard et je crois qu'ils ne le comprennent toujours pas aujourd'hui. Les Lillois, en manque absolu de confiance et d'attention, ont été punis sur deux coups de pied arrêtés. La défense est restée totalement statique sur le premier et elle n'est pas intervenue sur le second. Or, on le sait depuis le début de la saison, le SCO est très efficace sur ces phases arrêtées. Cette différence abyssale a condamné le LOSC, surtout que cette équipe ne marque jamais. Il n'empêche qu'après quelques matchs moins probants, Angers est toujours sur le podium de la Ligue 1 puisque tout le monde fait un peu du surplace derrière le PSG.

En effet, en attendant le match de Caen, il n'y avait guère que Nice qui pouvait faire un coup au Stadium. Seulement les Niçois, comme ça leur arrive de temps en temps, ont raté leur match. Le mérite en revient doublement aux Toulousains. D'abord parce qu'ils ont fait une bonne partie et ensuite parce qu'on a l'impression qu'ils jouent à huis clos au Stadium. En première mi-temps, Braithwaite a obtenu un penalty décisif qu'il a transformé et qui a aussi entraîné l'expulsion d'Hassen. Ben Yedder, qui bien évidemment marquera toujours plus de but quand il est sur le terrain plutôt que sur le banc, a alourdi le score dans le deuxième acte. Un résultat qui permet aux Violets de remporter leur deuxième succès de la saison, qui plus est sans encaisser de but. Alban Lafont, gardien de 16 ans et demi, a réussi sa première en Ligue 1. La victoire doit mettre du baume au coeur aux joueurs d'Arribagé mais il va falloir très vite confirmer.

 

Reims se reprend, le Gazélec trace sa route

De son côté, Reims a stoppé l'hémorragie en faisant match nul contre Rennes. Les Rémois auraient même pu l'emporter. Menés après un joli but de Boga, ils sont revenus au score par Mandi suite à une faute d'alignement énorme de la défense rennaise. Ils ont même pris l'avantage sur une réalisation de De Préville. Mais l'expulsion extrêmement sévère de Kankava - qui doit déjà payer sa mauvaise réputation - a un peu faussé la fin de match. L'arbitre s'est donné en spectacle en mettant ensuite un carton à Signorino et en expulsant Guégan de son banc. Malheureusement en France, on est habitué à ces moments où celui qui est seulement censé diriger la rencontre devient la star de la soirée. 

Le Gazélec a quant à lui fait un bon match nul contre Lorient. Les Corses ont ouvert le score grâce à Larbi mais Moukandjo a égalisé sur penalty suite à une double main de Sylla. Malgré cela, Ajaccio continue de prendre des points et c'est une bonne nouvelle pour les Gaziers.

Enfin, il n'y a rien à dire sur Nantes-Bastia, match d'un niveau technique consternant sanctionné par un 0-0 des plus logiques. 

 

Pierrot