France - Irlande : les notes des Bleus

Griezmann est évidemment le meilleur Bleu de ce France - Irlande. En revanche, Pogba et surtout Rami ont raté leur match. Toutes les notes des Bleus sont ici.

Lloris (7) : Il ne faudra pas oublier que pendant la très mauvaise période des Bleus, le capitaine a réalisé quelques interventions décisives. Notamment sur des centres et des ballons aériens. Il a certainement évité à l’EdF de se mettre un peu plus dans l’embarras. 

Sagna (6) : C’est pour ça que je râle quand il ne centre pas. Parce qu’il n’est pas plus idiot qu’un autre et quand il tente, qui plus est en première intention comme sur la passe décisive pour Griezmann, il délivre parfois de bons ballons. Alors il ne les a pas accumulés non plus et défensivement, ça a été parfois assez compliqué parce que les Irlandais étaient souvent en surnombre dans son couloir. Mais ça reste de loin son meilleur match dans cet Euro.

Rami (3) : Un désastre. Surtout en première période : il glisse sur l’action qui amène le penalty pour l’Eire, sa très mauvaise relance de la tête sur Kanté entraîne le carton pour lequel le joueur de Leicester sera suspendu, avant de récolter là son tour un jaune inutile qui le privera lui aussi du quart de finale. Il s’est encore fait prendre dans son dos après le repos… C’était une partie plus que difficile pour le Sévillan.

Koscielny (6) : Il est allé au combat face à des joueurs qu’il connaît bien. Evidemment, avec un compère de charnière autant en difficulté, ça n’incite pas à prendre beaucoup de risques. Il a été solide et sérieux et ça suffisait bien.

Evra (5) : Pas grand chose à signaler défensivement vu qu’il n’y avait pas d’attaquant irlandais dans sa zone. Sa participation au jeu a été assez médiocre, mais s’explique aussi par cette première période pendant laquelle toute l’équipe était à la rue et cette seconde où Matuidi a tout fait côté gauche.  

Kanté (5) : Victime des errements du milieu tricolore en première période, entre Matuidi et Pogba qui n’existaient pas. A force de vouloir être partout, il a fini par n’être nulle part. Averti d’un carton jaune qui le privera du quart, il a été sorti à la mi-temps par Deschamps ce qui, vu de l’extérieur, peut paraître un peu injuste. Remplacé par Coman (6), qui a beaucoup apporté, en utilisant sa vitesse intelligemment. Une bonne entrée. 

Matuidi (6,5) : Un premier acte logiquement cataclysmique dans une position de milieu droit inédite pour lui, qui revenait à l’envoyer au sacrifice. Replacé à gauche après le repos, c’est comme si ce n’était plus le même joueur. Il a percuté, a produit la première vraie frappe dangereuse des Bleus dès le début de la seconde période et a vraiment beaucoup apporté dans le pressing.  

Pogba (4) : Le choix de Deschamps était clair : mettre le joueur de la Juve dans les meilleurs conditions. Un choix pas vraiment récompensé vu que le joueur de la Juve a provoqué un péno totalement inutile dès la 2e minute de jeu. Le reste de son match a été brouillon et d’un niveau toujours très éloigné de celui qu’on est en droit d’attendre de lui. Ou de son niveau supposé… Pour le moment, son Euro est très, très moyen.

Griezmann (8) :  Une première période difficile côté droit, où son talent s’exprime moins bien que dans l’axe. Repositionné après le repos, il a retrouvé toute son efficacité. De la tête sur le premier, puis un peu comme à Munich avec l’Atletico avec cette frappe où il referme bien son pied. Il aurait même pu signer un triplé en fin de match dans cette position où les Bleus ont incontestablement besoin de lui.

Giroud (5,5) : Un premier acte très compliqué mais comment aurait-il pu en être autrement vu la façon dont il était esseulé devant ? Quand Griezmann s’est rapproché de lui, il a pu apporter par ses remises, dont celle décisive face au but puis une autre qui mène au rouge de Duffy. 

Payet (5,5) : Il a touché beaucoup de ballons et eu une grosse activité, avec moins de réussite et de précision dans ses derniers gestes. Une prestation pas géniale mais de bon aloi. 

Entré à un gros quart d’heure de la fin, Gignac s’est créé trois grosses occasions. La première sur laquelle il est trop gourmand, la seconde avec sa « spéciale » enroulée sur la barre et la troisième avec cette reprise du droit non cadrée sur un centre de Matuidi. Il a bien profité de la fatigue irlandaise pour se montrer.

Pierrot