L'écart se creuse

L'air de rien, la situation commence à se décanter légèrement dans la course à la Ligue des Champions. À l'issue de cette 26ème journée, Lyon compte désormais six et sept points de retard sur Marseille et Monaco. La faute notamment à une seconde période beaucoup trop dilettante des Lyonnais à Lille. Ils avaient pourtant fait le break avant le repos grâce à deux buts de Traoré. Le premier consécutif à une grosse faute de main de Maignan et le second sur un beau mouvement de Tousart bien relayé par Marçal. À la pause, Lyon semblait hors de portée des locaux, alors même que Marcelo, Aouar et Fekir étaient sur le banc.

Et puis nous avons assisté à un changement tout relatif de décor en seconde période. Les Lillois sont revenus au score sur un but de Pépé bien servi par Araujo, qui a ensuite lui-même égalisé d'une frappe de loin. Les Lyonnais auraient tout de même mérité de l'emporter au regard des deux poteaux trouvés par Mariano. Mais le souci, c'est que Lyon a perdu neuf points cette année en menant 2-0. C'est évidemment un grave problème à ce niveau-là puisqu'ils pourraient, à l'heure actuelle, occuper la deuxième place du classement avec deux points d'avance... Les Lyonnais manquent de rigueur et sont incapables de s'adapter et de réussir les transitions entre situations défensives et offensives. Aujourd'hui, ils sont clairement distancés.

Dans l'autre match de l'après-midi, il n'y a logiquement pas eu de vainqueur entre Nice et Nantes. Les Aiglons ont ouvert le score suite à un petit coup de billard dont a profité Danté avant de voir les Canaris égaliser sur un penalty concédé avec beaucoup de naïveté par Burner. Les deux équipes, qui sont assez proches au classement mais plutôt éloignées en terme de style de jeu, se sont neutralisées sans qu'on puisse vraiment y trouver quelque chose à redire. Personne ne va vraiment nourrir de regrets après cette rencontre très serrée.

L'important, c'est les trois points...

Dans la soirée, Marseille a difficilement battu une pénible équipe de Bordeaux. Je dis pénible parce que quand on occupe la septième place et qu'on vient de gagner ses trois derniers matchs, on essaie d'aller à Marseille avec un petit peu d'ambition. Il y a quand même des joueurs à Bordeaux pour faire quelque chose et pas uniquement transformer son équipe en porc-épic avec deux lignes de quatre dans une sorte de 4-1-4-1 très resserré. Alors effectivement, les Marseillais ont mis du temps à se créer des espaces mais ils ont trouvé l'ouverture sur une tête de l'inévitable Thauvin. À ce moment, on savait que Bordeaux n'avait pas les moyens de revenir. C'est difficile de partir avec un dispositif hyper défensif et de changer en cours de route. Je trouve cette attitude très décevante et quelque part, c'est rassurant de voir que les Girondins ont perdu. Parce que prendre des points en pratiquant un football aussi triste et totalement dépourvu d'ambition, c'est un mauvais signe envoyé au jeu.

Le seul hic pour les Marseillais, c'est que je les ai trouvés un peu émoussés physiquement, à l'image de Thauvin. Même s'il a marqué, il a reconnu au micro du CFC qu'il commençait un petit peu à tirer la langue. Les Olympiens vont à Braga jeudi et puisqu'ils ont trois buts d'avance, Rudi Garcia devrait faire tourner au maximum. Mais il ne pourra probablement plus le faire quand les matchs deviendront vraiment importants. Dimanche prochain, les Phocéens auront besoin de beaucoup d'énergie pour le Classico. En tout cas, tant qu'ils le peuvent, il faut qu'ils continuent à prendre des points parce qu'entre la Ligue Europa et l'étroitesse de l'effectif, ça risque d'être de plus en plus compliqué.

Pierrot