L'OM n'y sera pas...

Si Bordeaux et Lyon ont fait le boulot et assuré la qualif pour le premier et la première place pour le second, Marseille a manqué de réalisme face à Fenerbahce et ne sera pas au rendez-vous des 16e de finale.

On va expédier tout de suite les matchs de Lyon et de Bordeaux, qui n'avaient qu'un enjeu limité. Après avoir conquis sa qualification il y a 15 jours avec sa victoire à Bilbao, l'OL est donc allé chercher à Prague le match nul qui lui manquait pour s'assurer la première place de son groupe, avec une équipe bis et un trio d'attaquants made in centre de formation, Ferri-Ghezzal-Benzia.

C'est d'ailleurs le plus jeune des trois, Yassine Benzia, qui a ouvert le score dès le début de la seconde mi-temps sur une passe magnifique de Gourcuff. Ensuite, l'OL s'est fait rejoindre au score mais a suffisamment de métier en Coupe d'Europe pour savoir gérer un score. Un score qui ne bougera plus et va permettre à Rémi Garde de ressortir sa classe biberon dans quinze jours face à Shmona à Gerland, pour un match qui n'aura strictement aucune importance.

En déplacement à Bruges sans Obraniak ni Gouffran, Bordeaux a sorti un match très solide pour s'imposer sans trembler en Belgique. Mis sur orbite par Jussie dès la 3e minute de jeu, les Girondins ont tranquillement laissé venir avant d'enfoncer le clou avant la pause, toujours par Jussie. Après le repos, les Belges ont fait illusion pendant un quart d'heure.

Mais faute d'avoir réduit le score dans ce temps fort, les joueurs de Garrido se sont logiquement découragés et la réduction du score de Lestienne à cinq minutes du terme représentait plus une façon de sauver l'honneur qu'un réel espoir de retour. Bordeaux est donc qualifié mais avec cette victoire et le match nul à domicile de Newcastle devant Maritimo, les Girondins vont s'offrir un match de gala à Chaban-Delmas avec la première place du groupe en jeu. Il suffira aux hommes de Gillot de ne pas perdre face aux Magpies…

Pas plus mal...

C'était à Marseille qu'il y avait le plus d'enjeu. Les Olympiens, privés de Valbuena et N'Koulou, ont entamé le match de façon assez timide face à des Turcs pas bien entreprenants non plus et clairement venus pour obtenir ce nul qui leur assurait la première place du groupe. Sauf que, sur un corner peu avant la pause, Irtegün a inscrit un but aussi improbable que sublime. Autant dire qu'en menant à la marque au repos, le Fener a clairement fermé la boutique après.

A la reprise, l'OM a appuyé sur l'accélérateur et s'est créé beaucoup plus d'occasions. Mais ni les frères Ayew, ni Raspentino, ni Amalfitano, ni Barton n'ont trouvé l'ouverture et malgré trois minutes de folie dans les arrêts de jeu (double occasion pour Andre Ayew, frappe sur la barre d'Abdullah), l'OM n'est pas parvenu à marquer. Et quitte donc la compétition la tête basse, Mönchengladbach ayant dans le même temps battu Limassol.

Certains diront que ce n'est peut-être pas plus mal pour l'OM - qui n'a pas la profondeur de banc pour jouer sur tous les tableaux cette saison - et que le championnat est bien plus important. Je veux bien l'entendre. Mais ça ne m'empêche pas de déplorer que Marseille, dont j'ai si souvent loué sur ce blog "l'esprit européen", ne soit pas là au printemps prochain...

Pierrot