Le grand soir de Monaco

L’AS Monaco a signé hier soir une performance de choix en allant cogner Arsenal à l’Emirates. Enfin une vraie belle soirée européenne pour le foot français.

Entre le mauvais match de Chelsea au Parc et la défaite de Manchester City, il faut croire que ces huitièmes de finale allers n’étaient pas faits pour les clubs anglais. Monaco a sorti un match étonnant, pour ne pas dire incroyable, à l’Emirates Stadium. Une victoire que ne laissaient présager en rien les premières minutes de la rencontre, lorsque la circulation de balle des Gunners était très fluide. 

Mais c’est bien gentil de jouer vite, si c’est pour que le jeu se liquéfie dans les 30 derniers mètres, ça ne sert à rien. Côté monégasque, il y avait beaucoup d’absents entre blessés et suspendus, notamment Toulalan et Carvalho. Avec en plus Carrasco et Kurzawa trop justes pour débuter. En face, Arsenal évoluait sans aucun de ces milieux titulaires. C’est là que Monaco a su tromper les Londoniens. En récupérant la balle dans le no man’s land de cette équipe coupée en deux. 

Menée au score après le but de Kondogbia, Arsenal a commencé à prendre trop de risques, sans aucun repli défensif, Coquelin se retrouvant trop seul pour endiguer les vagues monégasques. Ce but a placé les Monégasques dans une position idéale. Mais la seconde période des hommes de Jardim a été absolument géniale, ponctuée de deux jolis buts. Avec une constatation : beaucoup de joueurs qu’on voit finalement intermittents voire carrément médiocres en championnat ont réalisé un match de haut niveau.

Contre éclair et super passe

Moutinho a signé hier soir, et de très loin, sa meilleure prestation depuis son arrivée à Monaco. Le Portugais a joué juste, il a sorti des gestes techniques magnifiques, à l’image de cette talonnade pour Martial qui aurait pu aboutir à un but somptueux. Martial qui donne la passe décisive à Berbatov sur le second but. Berbatov, conspué en tant qu’ancien de Tottenham par le public d’Arsenal, qui marque ce but crucial et plein de sang froid.

A 0-2, Arsenal n’avait toujours pas cadré une frappe. Alors la fin de match a été un peu plus compliquée pour les Monégasques, mais Subasic, qui se maintient à un excellent niveau depuis le début de la campagne européenne, a sorti les arrêts qu’il fallait, notamment face à Walcott. Avec un Giroud maladroit, un Welbeck inexistant et un Sanchez qui devait être à la fois à la construction et à la finition, c’était trop compliqué pour l’équipe de Wenger.

Avec le but dans les arrêts de jeu d’Oxlade-Chamberlain, on pouvait se dire qu’Arsenal avait encore une chance d’aller renverser la situation à Louis II. Le troisième but monégasque signé Ferreira-Carrasco sur un contré éclair et une super passe de Bernardo Silva donne statistiquement à Monaco pas loin de 100% de chances d’aller en quart de finale. 

Alors Monaco a encore livré un match défensif comme on en a vus beaucoup depuis le début de la saison. Mais d’une part, c’était assez logique de défendre sur la pelouse du troisième de la Premier League. Et surtout, cette fois, ils ont montré une vraie qualité de jeu. Ce qui prouve que cette équipe monégasque est, comme Paris, capable de hausser son niveau de jeu en Ligue des Champions. 

Pierrot