Le "PLM" prend le large

Ce dimanche aura été dans la lignée du vendredi et du samedi pour faire de cette 23e journée une curiosité : 10 buts inscrits en 10 matchs, on n’avait pas vu ça en Ligue 1 depuis 8 ans !

On a donc eu droit à trois buts lors des trois matchs dominicaux. Un « festival » qui a commencé à Caen, où les Normands ont signé leur troisième succès consécutif en battant Saint-Etienne sur un joli but de Féret. L’ancien Rennais revit depuis que Garande l’a replacé plus haut sur le terrain et surtout depuis qu’il a retrouvé des jambes après une saison passée en Bretagne où il avait peu joué.

Caen aurait même pu marquer d’autres buts avec un peu plus d’efficacité. Bazile en tout début de match, Lemar ou encore Sala à la fin auraient pu corser l’addition. En face, il se passe un peu ce que j’annonce depuis des semaines. Les Verts, défensivement c’est costaud, mais devant c’est d’une faiblesse telle que les hommes de Galtier ne peuvent obtenir un bon résultat que s’ils ouvrent le score. 

Ce qui est sûr après cette deuxième défaite consécutive, c’est que Sainté rentre un peu dans le rang et peut quasiment abandonner tout espoir de jouer la Ligue des Champions l’an prochain. Ce qui, d’un point de vue strictement budgétaire, n’est d’ailleurs pas illogique en soi.  

On a vu un peu plus de foot lors de Bordeaux-Guingamp, surtout grâce aux Bretons qui ont réalisé un joli match. L’équipe de Gourvennec a ouvert le score sur une magnifique volée de Beauvue, même si le centreur Pied est hors-jeu au départ. Mandanne a ensuite raté une grosse occasion et sur un tir de Poundjé détourné par Angoua, Bordeaux a arraché un nul qu’il doit en grande partie à Carrasso, auteur de quelques arrêts décisifs. Les prestations girondines sont d’une grande tristesse depuis plusieurs semaines…

 

Abominable et scandaleuse semelle

Et puis tout l’enjeu du choc de la soirée était de savoir comment allait se comporter l’attaque mitraillette de Lyon sans sa principale cartouche, Lacazette. On a eu la réponse : beaucoup moins bien. En première mi-temps, une frappe de Gourcuff et une incursion de Fékir ont mis Subasic à contribution, mais on n’a pas vu le Lyon de ces dernières semaines, même si le contenu était globalement correct. 

Les monégasques eux, ont semblé se contenter du minimum syndical pendant tout le match, alors qu’ils ont quand même les joueurs pour faire autre chose. Finalement,  cette équipe semble avoir trouvé son rythme de croisière, sa zone de confort avec ce jeu défensif et anesthésiant. 

Du coup, ça nous a donné un match pas très rigolo à regarder et ponctué qui plus est de quelques mauvais gestes, du doigt dans l’oeil de Berbatov sur Tolisso à l’abominable et scandaleuse semelle de Wallace sur Umtiti qui devrait valoir au défenseur brésilien de l’ASM un petit tour à la commission de discipline, à condition que l’arbitre fasse un rapport. 

Le bilan de cette bien pauvre 23e journée est donc le suivant dans le haut du tableau : Lyon voit revenir Paris et Marseille à deux points juste avant de recevoir le PSG, et Monaco comme Sainté sont décrochés dans la lutte pour la Ligue des Champions. Cette dernière donnée étant, compte tenu du spectacle et de l’ambition dans le jeu proposés par ces deux équipes, plutôt rassurant.  

Pierrot