Ligue 1 2016-2017 : mon équipe type A

Comme promis, voici donc mon onze type de la saison. Et vous allez voir qu’il diffère quelque peu de celui des Trophées UNFP…

Reynet : Ce n’est pas banal d’aligner dans l’équipe A un gardien qui s’est maintenu à la dernière journée. Mais à ce poste, il y a eu cette saison une redistribution des cartes. Ruffier a été plombé par la saison faible de Sainté, le PSG a partagé le poste entre Trapp et Aréola et je ne suis pas totalement convaincu par Subasic. Reynet lui, a joué un très grand rôle dans le maintien de son club, en multipliant les arrêts décisifs. Alors c’est vrai qu’il a été souvent canardé et a donc eu beaucoup de ballons pour briller. Mais ça n’enlève rien à son talent, d’autant qu’il a encore une belle marge de progression.

Ricardo Pereira : Il a pris une nouvelle dimension à Nice après les blessures de Plea et Cyprien puisqu’il a dû apporter encore plus qu’avant sur le plan offensif. Cela lui a réussi, à l’image de son exceptionnel but face au PSG. Un joueur très intéressant qui a beaucoup apporté au Gym, devant comme derrière. 

Glik : Évidemment, ce n’est pas un poète. Mais un défenseur central, on ne lui demande pas de faire des bisous. Il n’en fait pas, donc. C’est un joueur rugueux, qui a marqué quelques buts importants mais s’est surtout montré d’une totale intransigeance défensivement. Il mérite largement sa place dans cette équipe type A.

Marquinhos : Même s’il a failli sur certains matchs - notamment à Barcelone -, il a été le central le plus régulier du PSG. Rarement pris à défaut, champion olympique avec le Brésil en début de saison… Un super défenseur enfin titulaire à Paris.

Mendy : Il est bien loin, le joueur intermittent de l’OM… En arrivant à Monaco, il a pris une nouvelle dimension, surtout sur le plan offensif, avec de nombreuses passes décisives. Son apport sur le côté gauche et son entente avec Lemar et Mbappé ont fait merveille. Il sort d’une grande saison et, s’il continue comme ça, le poste de latéral gauche chez les Bleus lui est promis. 

Fabinho : Je suis très étonné qu’il ait été oublié lors des trophées UNFP. Pour moi, c’est l’un des tout meilleurs Monégasques de la saison. Il a brillé dans son apport offensif mais aussi et surtout à la récupération. J’ai bien peur que Monaco le perde cet été. Et ce sera une lourde perte. 

Seri : Le maître à jouer de l’OGCN a tout fait cette année : donner le tempo de son équipe et délivrer les passes décisives. Il a été bien meilleur que Verratti qui n’apparaît dans aucune de mes deux équipes types, car à mes yeux il ne le mérite pas. 

B. Silva : Il a terminé la saison très fatigué, mais qu’est-ce qu’il a donné avant ! Quelle merveille balle au pied, quel sens du jeu, quelle efficacité dans le dernier geste… C’est pour moi le meilleur joueur du championnat.

Lemar : Je suis un peu étonné qu’on parle si peu de lui dans le concert de louanges adressé aux Monégasques. C’est un joueur magnifique, avec une technique et un pied gauche de velours. Lui aussi va aller très loin s’il continue comme ça.

Cavani : On ne peut que s’incliner devant ses 45 buts inscrits cette saison. Il est d’une efficacité redoutable, même si je ne suis toujours pas fan de son style. Je n’aime pas le footballeur qu’il est, mais je respecte l’exceptionnel buteur qu’il est. Sachant que ce n’est pas une nouveauté dans la mesure où il plantait déjà 25-30 buts par saison depuis son arrivée au PSG, sans jouer dans l’axe. 

Mbappé : Le prodige monégasque se retrouve dans l’équipe type en ayant joué à peine la moitié des matchs. Mais il a tellement marqué les esprits, il est tellement exceptionnel… Encore une fois, je n’ai pas souvenir de m’être déjà enflammé comme ça pour un jeune joueur. Je le trouve absolument extraordinaire. Tout est bon chez lui : son jeu sans ballon, ses prises de balle, ses dribbles, ses accélérations, son sang-froid devant le but… Il a tout. Je ne sais pas combien de temps Monaco pourra le garder, mais lui il m’a vraiment envoyé du rêve cette saison.

Coach - Jardim : Il a toujours eu des résultats depuis son arrivée sur le Rocher. Sauf qu’au début, on s’emmerdait comme des rats morts à voir jouer l’ASM - ce qui ne l’a pas empêché de finir sur le podium à chaque fois. Cette année, il fait champion et demi-finale de C1, en déployant un jeu offensif, avec des buts en pagaille. Le technicien portugais est là, il ne la ramène pas, il est tranquille. On parle beaucoup des difficultés que va connaître Monaco à garder certains joueurs. Arrivera le temps où les dirigeants monégasques auront sans doute aussi du mal à conserver leur entraîneur…

Pierrot