Lille n'y est plus

Rien à faire. Le LOSC n'est pas au niveau de la Ligue des Champions en ce début de saison. Et ne sera sans doute pas non plus en Europa League. Suivant !

Ce mardi soir était vraiment celui des petites équipes. Beaucoup de gros clubs ont en effet été secoués : Manchester a arraché la victoire à Braga, le Barça l'a emporté à la 94e minute à Glasgow, la Juve a été accrochée à Nordsjälland (!) et Chelsea a été battu à Donetsk. Finalement, il n'y a que le Bayern qui a passé une soirée peinarde à l'issue d'un match d'un ennui assez monumental puisqu'on a quand même eu droit à une frappe cadrée en 93 minutes. Et c'était le péno de Thomas Müller !

Ayant secoué la Twittosphère en disant que pour moi il n'y avait pas pénalty sur Rémy lors de Troyes-OM - ce qui m'a valu les habituels commentaires paranoïaques de certains supporters marseillais -, j'ai trouvé que que celui obtenu par Lahm constituait aussi un bon ças d'école. Là aussi il y a contact, mais je rappelle que la règle, c'est "faute volontaire dans la surface". En aucun cas le contact du bras de Digne ne peut entraîner une telle chute de Lahm. C'est l'une des rares choses qui m'a fait sourire dans cette rencontre.

On pouvait craindre que le Bayern soit une implacable machine mais c'était en fait un tout petit Bayern. Voire un demi-Bayern, pas très motivé, assez calculateur, qui aurait été prenable par une équipe qui aurait essayé. Le problème, c'est que le LOSC n'a même pas essayé. A force de ne parler que des problèmes défensifs de Lille, on a un peu oublié que l'état des lieux n'est pas plus reluisant sur le plan offensif. Quand je vois Payet commencer sur le banc, c'est bien qu'il y a un problème.

Problématique en L1, éliminatoire en LdC

Kalou le fantôme est sorti à la 55e minute, Roux n'a pas le niveau pour cette compétition, De Melo non plus et il a fallu attendre l'entrée du petit Mendes pour avoir droit à un zeste de folie. Mais déjà que ça ne suffit pas en Ligue, alors en Ligue des Champions face à un adversaire de ce niveau… Un adversaire qui n'a même pas eu à forcer son talent. Dès la mi-temps avec la sortie de Ribéry, on avait l'impression que Jupp Heynckes commençait déjà à gérer et à penser à la suite.

C'est malheureux d'avoir des matchs de ce niveau à jouer dans un si beau stade et de ne même pas essayer de bousculer une équipe qui jouait pourtant sur un rythme totalement monocorde. Pas de percussion, pas de prise de risque… pas grand chose, pour tout dire. Et encore une fois, ce qui est problématique en Ligue 1 devient tout de suite éliminatoire en Ligue des Champions. Dans ce groupe F, on se retrouve avec trois équipes à 6 points et le LOSC à 0.

Autant dire que même une qualification pour l'Europa League relève désormais du miracle. Il faudrait pour ça gagner au moins deux des trois derniers matchs, dont deux à l'extérieur. On peut déjà oublier. C'est désolant de voir comment une équipe aussi séduisante a pu devenir aussi mièvre en l'espace de quelques semaines. Mais en même temps, tout le monde sait pourquoi et à cause de quel départ...


Pierrot