Lyon et Paris au petit trot

Cette troisième journée de Ligue 1 a commencé vendredi avec la petite victoire de Lyon sur Strasbourg. Avec une première mi-temps très inquiétante de la part des Lyonnais, qui auraient pu être menés au score si les Strasbourgeois étaient mieux équipés offensivement qu’ils le sont actuellement. Le jeu lyonnais - si on peut parler de jeu tant les offensifs tentaient leur numéro chacun de leur côté - était totalement improductif.

Le match a basculé sur un coup du sort avec cette passe adressée à Depay qui lui arrive dans le dos mais également dans le dos des défenseurs alsaciens et qui revient sur Terrier, auteur de son premier but sous ses nouvelles couleurs face à ses anciens coéquipiers. Un but qui a fait très mal à un Racing qui, avec son effectif et ses forces offensives du moment, a bien du mal à revenir au score une fois mené. Après le repos, l’OL a été plus convaincant, s’est créé quelques occasions mais a marqué son deuxième but sur un contre de 100 mètres. Certes bien joué, mais qui reste un contre de 100 mètres. Au final, c’est une victoire assez peu aboutie pour cette équipe lyonnaise qui est encore clairement en rodage. 

« Rodage », un mot qui correspond aussi au PSG en ce mois d’août. Un PSG qui a démarré avec une compo un peu farfelue de la part de Tuchel, avec ce 3-5-2 ou 3-2-3-2 - on ne sait plus trop - intégrant 4 joueurs qui disputaient leur premier match de la saison, à savoir Areola, Kimpembé, Kehrer et Cavani. La première période a été assez peu convaincante. Après un premier but signé Cavani, le SCO a égalisé sur un penalty transformé par Mangani consécutif à une faute de Kehrer. 

Le jeune Allemand a effectué des débuts catastrophiques et a d’ailleurs été remplacé à la mi-temps, Tuchel décidant au passage de repasser en 4-3-3. On a tout de suite vu la différence, d’autant qu’évidemment, comme tous les adversaires de Paris en Ligue 1, Angers a commencé à flancher sur le plan physique. Ensuite, Mbappé - but et passe décisive - et Neymar - but et passe décisive - ont fait le reste. Mais soyons clairs : actuellement, le PSG est à 40% de ses moyens. 

Nice n’est pas prêt

Et puis la soirée de samedi a été marquée par deux larges victoires. Celle des Amiénois d’abord, très séduisants devant des Rémois qui sont tombés de haut. Les Picards ont assez nettement dominé le match avec un attaquant, qui pour moi est resté assez miraculeusement à la Licorne : Konaté. Je ne m’explique pas que des clubs plus huppés ne se soient pas précipités sur ce joueur que je trouve excellent, auteur de deux buts et une passe décisive face aux Champenois.

Et puis celle de Dijon, qui a porté un très sale coup à Nice en l’emportant 4-0 à l’Allianz Riviera. On se souvient que l’an dernier, les Bourguignons étaient super performants à Gaston-Petit et avaient du mal loin de leurs bases. Cette année, ils sont à deux victoires en deux matchs à l’extérieur. Clairement, cette équipe de Nice n’est pas prête et est notamment totalement inoffensive en attaque. Cela ira peut-être mieux au moment où Balotelli fera son retour à la compétition.

A part ça, on a eu droit à deux tristes matchs nuls, entre Nantes et Caen, et entre Montpellier et Saint-Etienne. Enfin, Toulouse a battu Nîmes, sur le tard et dans la douleur mais cela fait quand même 6 points en deux matchs pour le Téfécé au Stadium. 

Pierrot