Error block

Votre block de type canalplus.creativemedia.fragment.main_image manque d'informations et il ne peut être affiché.

Lyon pied au plancher, Montpellier pique sa crise

Un stade somptueux, un retourné sublime, des buts, des pénos, des poteaux et une crise de nerf : parfois, c'est vraiment bien, la Ligue 1 !

Vous l'avez peut-être remarqué si vous avez regardé Jour de Foot vendredi soir, j'étais à Lille pour le premier match du LOSC dans son nouveau stade. Et je dois avouer que cette enceinte est juste magnifique. Ce petit bijou est une vraie fierté pour le club nordiste mais aussi pour l'ensemble du football français. Ca fait tellement d'années que je me bagarre, que je déplore l'état lamentable des stades en France…

Pour vous dire, nos stades sont tellement minables que c'est presque un choc de voir un stade comme celui-là dans l'hexagone. Reste à espérer que Marseille, Bordeaux et Lyon auront eux aussi des "vaisseaux" de ce calibre. Les dirigeants du LOSC ont insisté pour jouer dedans dès le mois d'août alors qu'il est encore en travaux. Mais franchement, même sans les finitions, le Grand Stade de Lille enterre tous les autres.

Alors bien sûr, sur une pelouse qu'ils ne connaissaient pas et avec l'aspect émotionnel qui accompagnait l'entrée dans les lieux - et la pression qui allait avec -, les Lillois n'ont pas sorti le match qu'ils rêvaient de faire. Ils ont clairement manqué de percussion, notamment sur les côtés, et le milieu Mavuba-Pedretti-Martin a joué beaucoup trop latéral. C'est d'ailleurs sur l'un des très rares débordements de Martin que Kalou a égalisé.

Un joli but et une occasion nette sur une déviation du pied droit qui a obligé N'Dy Assembe a sortir le grand jeu : sans faire de bruit, l'ancien Blues fait son taf. En face, Nancy a fait… du Nancy. Pour changer. Une équipe lorraine souvent limite en terme d'engagement, même si pour le coup, l'expulsion de Moukandjo est assez sévère. Quoi qu'il en soit, ça va encore être difficile de bouger Nancy cette saison.

Le dernier de Bastos ?

Et puis samedi, pour le retour du match de 17h sur Canal, on a eu droit à un bon Lyon-Troyes. Un match mal entamé par les Lyonnais, qui ont commencé par perdre Gourcuff après 12 minutes de jeu. Victime d'une entorse au genou sur un contact appuyé avec Nivet, l'ancien Bordelais semblait souffrir en quittant le terrain. Ce qui n'est pas forcément mauvais signe. C'est souvent quand on ne sent rien que c'est grave.

Un match mal entamé donc, et mal continué avec l'ouverture du score de Bahebeck. Pire encore : deux minutes plus tard, Lisandro rate l'égalisation en voyant son pénalty repoussé par Thuram-Ulien. Heureusement, Grenier - qui avait remplacé Gourcuff - a eu la bonne idée de tirer deux super corners qui ont fait deux buts. Dont un sublime. Ce retourné de Bastos - qui marque rarement des buts pourris - est magnifique. Son dernier sous le maillot lyonnais ?

Derrière, il y a l'expulsion extrêmement sévère de Faussurier pour une faute sur Cris. C'est d'ailleurs assez incroyable de voir le Brésilien, qui a quand même envoyé pas mal de taquets dans sa carrière, simuler une grosse blessure après le contact. En tout cas c'en était trop pour les Troyens, qui ont ensuite craqué en encaissant deux nouveaux buts en fin de match.

L'ESTAC a-t-elle le niveau Ligue 1 ? Ce qui est sûr, c'est que l'arbitre lui, ne l'avait pas sur ce match. Entre le péno généreux accordé à Lisandro et l'expulsion troyenne injustifiée, monsieur Millot les a enchaînées… Avec cette large victoire l'OL prend la tête et comme je le dis depuis le trophée des Champions, je sens bien cette équipe. Reste à savoir qui va partir. Pour ma part, je pense que ce serait une erreur colossale de se séparer de Grenier, qui est impliqué sur les 4 buts de la soirée…

Girard, amende et NBA

Et le champion en titre ? Eh bien les Montpelliérains ont confirmé leur allergie au synthétique en allant s'incliner à Lorient après avoir déjà perdu au Moustoir mais aussi à Picot la saison dernière. Un match que le MHSC n'aurait jamais dû perdre. Pendant près d'une heure les Merlus étaient totalement à côté de la plaque mais ils se sont pourtant imposés en marquant deux fois en toute fin de match.

Une défaite qui eu une conséquence inattendue : la première crise de nerf de René Girard. Dès la 2e journée, le coach héraultais a décidé de ne pas parler du tout aux journalistes et de boycotter la conférence de presse ! Si je ne me trompe pas, en NBA quand tu ne vas pas en conf' de presse l'amende est de 150 000 $. Mais c'est bien connu : René Girard fait ce qu'il veut…

J'ai retenu aussi la victoire de Bastia, qui s'en est également sorti au bout du bout des arrêts de jeu. Une victoire méritée face à des Rémois qui pourront nourrir le regret d'avoir raté un point à une poignée de secondes près. Mais c'est une maladie chronique chez les Champenois. Déjà à l'époque où j'y étais, le Stade prenait régulièrement des buts en toute fin de match. Une très mauvaise habitude.

Enfin, je vais finir avec quelques mots à propos du Téfécé, qui a confirmé qu'il peut jouer au foot s'il le veut. Deux buts, un péno, des occases… L'équipe de Casanova est donc capable de faire autre chose qu'attendre à 10 derrière, ce qui me permettra de râler à nouveau dès que la tactique du hérisson réapparaîtra. Un match dominé par un homme : Etienne Capoue : un but, un pénalty manqué et autre provoqué : belle feuille de stats ! En tout cas quand Toulouse joue comme ça, moi je suis preneur…

A ce soir : CFC et premier match diffusé du PSG.

Pierrot