Lyon reprend ses aises

Après le naufrage de l'OM face aux Merlus, L'OL a remporté un derby fermé et reprend ses distances avec le PSG. Vivement dimanche prochain...

On va rapidement évacuer le Reims-Bordeaux de 14h, qui était totalement dépourvu d'intérêt. On notera juste que les Rémois ne sont pas très chanceux avec ce but injustement refusé à Ghilas et surtout un pénalty évident non sifflé pour un plaquage de Planus sur Mandi en pleine surface. Ca suffira pour ce match. Trois heures plus tard, on a assisté à la très lourde défaite de l'OM au Vélodrome.

Un revers que les Olympiens doivent plus à leurs propres errements qu'au talent parfois loué des Merlus. Les hommes de Baup tenaient tranquillement le match (65% de possession de balle), et tout a basculé sur ce pénalty totalement stupide concédé par Kaboré. Le Burkinabé perd d'abord le ballon dans l'axe sur un mauvais contrôle, il veut certainement se rattraper mais dans son élan, il manque de lucidité et vient percuter Aliadière qui partait plutôt vers l'extérieur. Double conséquence : péno et deuxième jaune pour Kaboré.

Evidemment, ç'a un peu compliqué les choses pour l'OM et la suite n'a rien arrangé, avec ces "Labrune démission" qui ont commencé à descendre des travées. Alors on va parler des deux pénos qui ont fait polémique. Moi, honnêtement je n'en donne aucun des deux. La première main de Pedrinho, le joueur est dos tourné au ballon, donc bon... Quant à l'action entre Rémy et Lautoa, il y a un tel duel entre les deux que là non plus, la main ne peut pas être intentionnelle.

Mais ce qui tue vraiment les Phocéens, c'est le deuxème but breton. Un but particulièrement chanceux puisque le centre de Traoré est détourné par Diawara, puis la reprise de Corgnet est déviée par Morel, ce qui lobe Mandanda. Maintenant, sur cette action l'apathie des défenseurs marseillais est criante et elle l'est encore sur le troisième but lorientais inscrit par un Monnet-Paquet qui traverse une bonne période. L'addition aurait même pu être encore plus lourde…

Marseille à bout de souffle

Ca fait sept buts encaissés en deux matchs consécutifs à la maison pour l'OM. Cela prouve à l'évidence qu'il y a un vrai problème dans cette équipe. Entre les blessures et les suspensions, il manque systématiquement un ou deux joueurs majeurs. Et compte tenu de l'effectif réduit dont dispose Elie Baup, un ou deux joueurs c'est déjà trop. Avec deux déplacements (Bastia à huis-clos et Toulouse) à venir, la trêve va arriver à point nommé pour des Marseillais à bout de souffle.

Et puis en soirée, on a eu droit à ce si alléchant et au final si décevant derby. Alors le match a répondu aux attentes en termes d'engagement, mais en termes de jeu pas du tout. La faute à une équipe stéphanoise une nouvelle fois trop frileuse dans ce match si particulier. Si les Verts n'ont pas battu l'OL à Geoffroy-Guichard depuis 18 ans, il y a bien une raison. Alors ont-ils été frileux par choix ou parce que c'était trop dur pour eux ? J'avoue que je n'ai pas la réponse…

Mais quoi qu'il en soit, quand tu ne touches ton avant-centre que 19 fois dans un match, c'est bien trop peu pour contrarier une équipe lyonnaise qui n'a pas fait un grand match, mais qui a montré quand même avec des faits de jeu défavorables - blessure précoce de Grenier, expulsion de Dabo -, qu'elle avait du répondant. Garde a dû faire des choix tactiques mais au-delà même de ces choix, je trouve que l'OL a démontré une faculté d'adaptation très intéressante.

Parpaing, sommet et extraterrestre

Lyon a démarré en 4-3-3 avec Gourcuff à gauche, puis est passé à deux milieux défensifs après la sortie de Grenier et l'entrée de Fofana, et a terminé en 4-4-1 après l'expulsion de Dabo, Umtiti glissant à gauche et Bastos prenant la place de Gourcuff dans le couloir. Et à chaque fois, la formation rhodanienne a semblé s'adapter sans problème aux nouveaux paramètres de jeu.

Après, il y a ce coup-franc en force de Bastos, qui n'a étonné personne sauf Ruffier apparemment, auteur d'une grosse faute en encaissant cette frappe en plein milieu de son but. C'est comme le coup-franc de Van Persie dans le derby mancunien. Dans les deux cas, il n'y a pas de surprise : tu sais à l'avance que le Néerlandais va le frapper fort côté ouvert et que le Brésilien va balancer un parpaing tout droit.

Avec ce succès, les Lyonnais vont maintenant pouvoir se concentrer sur le fait de prendre les trois points face à Nancy. Si c'est le cas, les joueurs de Rémi Garde pourront alors défier le PSG au Parc totalement décontractés. En tout cas, si Paris est dans les mêmes dispositions que la semaine passée, ça nous promet un grand match pour ce qui s'annonce comme LE sommet de cette première partie de championnat.

Et puis un dernier mot pour saluer l'exploit de Lionel Messi, qui a battu le record de Gerd Muller vieux de 40 ans, en marquant 86 buts sur une année calendaire. C'est une performance surhumaine, presque inimaginable. Alors évidemment, il joue au Barça. Ca aide. Mais il évolue aussi au sein d'un football moderne où marquer est plus difficile que jamais. Lui, Cristiano Ronaldo et même Falcao - autour d'un quintuplé avec l'Atletico - sont des extraterrestres. Mais même sur cette planète lointaine, il y a Messi… et les autres.

Pierrot