Marseille – Bordeaux : pour entretenir la flamme

L’affiche de la 26e journée de Ligue 1 oppose ce dimanche soir (21h, Canal +), l’Olympique de Marseille aux Girondins de Bordeaux. Deux équipes à la courbe positive, qui doivent néanmoins confirmer leur bonne forme pour garder leurs objectifs respectifs en ligne de mire.

Pour l’OM, comme pour son adversaire bordelais du soir, l’importance de cette rencontre n’est pas à chercher bien loin. Lancés dans une série positive depuis quelques mois déjà pour l’OM, plus récemment pour les Girondins, les deux équipes peuvent faire un pas de plus vers leurs objectifs de début de saison avec une victoire. Pour l’OM, il s’agit de combler une partie du retard crée par Monaco depuis sa nouvelle large victoire (4-0) face à Dijon ce week-end. Malgré les nets progrès affichés par les phocéens, les hommes de Garcia doivent néanmoins désormais courir derrière une équipe de Jardim lancée à pleine vitesse et qui risque de ne plus laisser passer beaucoup de points d’ici la fin de saison. Mais au regard du contenu proposé par l’OM, il n’est pas interdit de penser que cette équipe a les armes pour se battre jusqu’au bout et « au pire » mourir sur la 3e marche du podium puis espérer un barrage accessible pour pouvoir disputer la prochaine édition de la lucrative et indispensable Ligue des champions.

Pour ce faire, Marseille peut compter sur une attaque toujours plus prolifique et qui a désormais l’avantage de ne plus être totalement dépendante de la forme et des exploits individuels de Florian Thauvin. S’il reste le meilleur olympien, et un joueur indispensable pour Garcia, ses partenaires ont réussi à hausser leur niveau de jeu pour porter le danger à d’autres endroits. Payet, dont les prestations étaient nettement insuffisantes il y a peu retrouve peu à peu l’aura qui a fait de lui le capitaine de cette équipe. Impliqué dans le jeu, décisif et percutant, il compose avec Sanson, Germain et donc Thauvin une attaque redoutée. Certes il existe toujours des difficultés dans le secteur défensif, ou Rami et Mandanda sont parfois abandonnés et dans la création du jeu avec un duo de récupérateurs rugueux (Gustavo, Anguissa). Mais même ce Anguissa est en très nette progression et il apporte désormais offensivement en plus de son importance physique. Peu importe, Rudi Garcia est en tout cas parvenu à transmettre sa soif de victoire à ses joueurs et un vrai élan collectif semble porter ce groupe comme en atteste la nette victoire en milieu de semaine face à Braga en Europa League. C’est un autre facteur de la fin de saison phocéenne, qui devra disputer plus de matches que son concurrent monégasque. Avec Mandanda blessé, Thauvin touché, et Sarr suspendu, l’OM doit pourtant être en mesure de battre Bordeaux au Vélodrome pour continuer à s’affirmer comme un prétendant à la 2e place, et pour éventuellement distancer l’OL (4 points) en fonction du résultat de fébriles lyonnais à Lille.

Bordeaux retrouve l’appétit

La décision a été attendue, commentée, décriée, avant finalement d’intervenir peu après la trêve hivernale et de nouvelles contres performances pour Jocelyn Gourvennec. Un entraîneur qui a réussi avec Guingamp puis lors de sa première saison bordelaise ne peut pas être un mauvais entraîneur. Mais la décision de mettre fin au contrat de Gourvennec semble gagnante aujourd’hui après une série de 4 victoires (dont 3 sous le mandat de Gustavo Poyet). Depuis l’arrivée de Poyet force est de constater que les évolutions sont positives. L’équipe est plus solide depuis le remplacement de Toulalan par Pablo dans l’axe de la défense (le revenant a d’ailleurs pris la place de Baysse l’arrivant, pourtant promis à une place de titulaire). Peu importe, pour Poyet l’intérêt immédiat était de sortir l’équipe de la spirale inquiétante dans laquelle elle était engluée et c’est chose faite après cette série. Pour l’instant ça ressemble à du 100% pour Poyet avec les Girondins, 3 matches 3 victoires face à Lyon Strasbourg et Amiens et de la confiance retrouvée pour les joueurs avec Malcom en tête ou Costil, le nouveau capitaine depuis le départ de Toulalan.

Pour Bordeaux, le déplacement au Vélodrome est une bonne opportunité pour afficher une réelle ambition à l’extérieur, face à une équipe en forme, et surtout s’approprier la 5e place de la Ligue 1, synonyme de qualification pour la prochaine Europa League. On l’avait oublié avec le début de saison catastrophique des Girondins, mais un club de cette trempe se doit de se fixer comme objectif l’Europe et la bonne série actuelle, si elle se prolonge, peut tout à fait l’y porter.

Emmanuel Trumer

Plus d'articles