Marseille, comme d'hab'...

Comme prévu, ce Marseille-Bordeaux a accouché d'un match assez soporifique. Mais en attendant, l'OM est revenu à 4 points du PSG.

Ca fait 10 victoires cette saison sur le score de 1-0 pour l'OM. Un record en Europe. Alors au départ, ce match n'était pas franchement emballant. Déjà que Bordeaux n'a pas beaucoup d'attaquants dans son effectif, alors quand en plus il y a des absents et des mecs écartés comme Ben Khalfallah et Bellion, ça fait beaucoup. Ajoutez à ça l'absence de Valbuena côté OM… Tout ça faisait qu'on n'attendait pas un match très emballant et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on n'a pas été déçu.

Le match avait pourtant pas trop mal débuté, avec des Marseillais qui se projetaient bien vers l'avant et des Bordelais qui essayaient de construire, mais ça a duré un gros quart d'heure. Après, on est tombé dans une sorte de ronron entre des Olympiens qui ont beaucoup de difficultés à faire le jeu et des Girondins dont la réelle motivation en cette fin de saison pose question. Clairement, Bordeaux nous a fait le match-type de l'équipe qui attend que ça se termine.

Le premier tir cadré des hommes de Gillot, oeuvre de Maurice-Belay, est intervenu à la 70e minute. Et ce qui est paradoxal, c'est qu'une équipe qui attaque aussi peu défende aussi mal. Notamment sur le but de Gignac, qui part quand même de la ligne de touche à 40 mètres du but de Carrasso et qui voit la défense girondine s'ouvrir comme la Mer Rouge devant Charlton Heston dans les dix commandements.

Une soirée de perdue

Planus et Trémoulinas sont hors de position, Sané glisse et Carrasso ne fait rien. Quatre erreurs défensives, c'est largement suffisant pour un attaquant en confiance comme l'est Gignac actuellement. C'est le 11e but d'APG en Ligue 1. Un total pas faramineux, mais ce sont presque à chaque fois des buts qui valent cher.

La seconde mi-temps a été pénible, car Marseille a surtout cherché à préserver son avantage en attendant que Bordeaux se livre pour tenter d'égaliser. Sauf que les Girondins n'ont même pas essayé. Alors évidemment, pour le spectateur neutre, la seconde mi-temps a ressemblé à un long chemin de croix et in fine, c'était vraiment une soirée perdue. Pour le supporter marseillais en revanche, c'est une super soirée.

Parce que ça met une sacrée pression sur Lyon, qui joue à Reims dimanche, et sur la horde des poursuivants, Saint-Etienne, Lille et Nice, qui n'ont donc pas le droit à l'erreur. Et puis accessoirement, en cas de défaite du PSG à Rennes - un cas de figure assez plausible puisque c'est le match le plus mal placé de la saison pour Paris - la tête du classement s'en trouverait resserrée. Alors même s'ils ne se sont pas régalés, les supporters marseillais peuvent aller se coucher avec le sourire. Quant à ceux de Bordeaux, ils dorment déjà profondément. Mais ça fait déjà quelques mois que c'est le cas….

Pierrot