Marseille laisse deux points en route

Marseille pensait gagner mais a finalement concédé le nul à Rennes au terme d'un match intense. En bas de tableau, Nancy et Troyes ont fait renaître l'espoir.

Après avoir raté ses deux premiers matchs de l'année, Lyon a retrouvé son liant pour l'emporter à Valenciennes vendredi soir, en jouant pourtant sans Grenier ni Gourcuff et avec un milieu assez expérimental. Fofana a évolué en position plus avancée que d'habitude et j'ai souvent dit cette saison, notamment en Europa League, que ce joueur avait un potentiel très intéressant. Au Hainaut, il ouvert le score d'une jolie frappe.

Derrière, Gomis a une fois de plus marqué. Ce n'est pourtant pas une saison facile pour Bafé. On lui met des bâtons dans les roues, on lui dit que ce serait bien qu'il parte, puis après que non, enfin pas vraiment... Lui il est là, il fait ses matchs. Alors il lui a fallu beaucoup d'occases pour marquer : encore une fois ce n'est pas l'attaquant le plus adroit de l'univers, mais il se bat, il pèse et 12 buts en 22 matchs de championnat, ce n'est quand même pas si vilain.

Et puis exceptionnellement je suis allé prendre l'air samedi après-midi pour aller voir Rennes-Marseille. Un match extrêmement important puisque les Bretons pouvaient revenir à trois points des Olympiens et l'OM en prendre neuf d'avance. Evidemment, ça n'a été ni l'un ni l'autre puisque les deux équipes se sont quittées sur un match nul, le premier de la saison à l'extérieur pour Marseille.

Truc incroyable

Ce Rennes-OM était agréable à voir et de bonne qualité en seconde période après un premier acte un peu timide et assez pauvre sur le plan technique. Rennes a fait un très bon premier quart d'heure avec un excellent Féret. Julien a ensuite un peu baissé de pied jusqu'à cette perte de balle qui a amené l'ouverture du score d'Andre Ayew. Le dispositif rennais était un peu curieux, une sorte de 4-1-4-1 avec Danzé sur le flanc droit qui n'a pas les qualités pour jouer sur un côté et Diallo qui avait un peu de mal à se situer.

Du coup, sur chaque perte de balle, Makoun - qui s'est pas mal focalisé sur Valbuena - se retrouvait un peu seul. Changement de décor à la reprise avec des Bretons plus agressifs, deux occasions successives pour Erding et l'égalisation, qui est intervenue sur un corner d'Alessandrini. Théophile-Catherine arrive lancé et personne n'a la bonne idée de le suivre côté marseillais. Résultat, il marque dans les six mètres phocéens sans avoir besoin de sauter. Un truc assez incroyable.

Sur les 27 buts encaissés par l'OM cette saison, c'est le 11e venant d'un coup de pied arrêté. C'est évidemment beaucoup trop. Derrière, le match s'est vraiment débridé, avec beaucoup plus d'espace au milieu et un Diallo qui a évolué au moins 20 mètres plus haut qu'en première période. Mais c'est l'OM qui a repris l'avantage sur une action très bien construite et un nouveau but signé Jordan Ayew.

Nancy, Troyes : l'espoir fait vivre

Les frangins qui ont encore montré toute leur importance dans le dispositif de l'OM. A 2-1 à moins de dix minutes de la fin, les Marseillais pensaient sans doute obtenir une nouvelle victoire à l'extérieur. Mais une grosse faute de main de Mandanda, qui a laissé échapper un centre anodin de Sané, a permis à Alessandrini d'égaliser in extremis en marquant dans le but vide. Deux points de perdus pour l'OM vu l'évolution du score, mais un nul mérité sur la physionomie du match.

De toute façon, je pars du principe que, compte tenu des choix drastiques qui ont été faits à Marseille cette saison, si le club termine à la 3e place ce sera une très belle performance. Dans cette optique, conserver 6 points d'avance sur Rennes reste une bonne opération. Quant aux Bretons, qui ont l'habitude de rater ces grands rendez-vous, cette fois ils n'ont pas perdu. C'est déjà ça.

Dans les matchs du soir, le maintien était comme d'habitude à l'honneur et cette fois, les cancres se sont rebiffés. Nancy et Troyes, les deux derniers du classement, l'ont en effet emporté. Dans le "synthético", l'ASNL est venue à bout de Lorient et entretient l'espoir d'un miracle, trois jours après une qualification en Coupe de France à Nice. Les Aubois eux, ont dominé une équipe brestoise toujours aussi inconstante. Le chemin est encore long pour les deux clubs de l'est, mais l'espoir fait vivre, paraît-il...

Pierrot

PS : Etant à Rennes, j'en ai profité pour faire un peu le tour des popotes et vous verrez arriver quelques vidéos sur le blog cette semaine.