Marseille reprend ses distances

Grâce à un Dimitri Payet des grands soirs, l'OM s'est imposé face à Metz et reprend un point d'avance sur le PSG. Lyon, qui a pris trois points sur un penalty litigieux, s'accroche aussi.

Fait assez rare pour être noté, nous avons eu le droit à quatre matchs fertiles en jolis buts ce dimanche. L'OM a, un peu comme prévu, repris son point d'avance sur le PSG au terme d'un match moins maîtrisé qu'à l'ordinaire. La faute à deux facteurs. Tout d'abord, il y a la fatigue d'avoir à disputer trois matchs en huit jours. On a vu que ça a joué des tours à pas mal d'équipes lors de cette journée. Et puis surtout, Bielsa a profité de ce match pour repasser à une défense à trois qui a beaucoup moins bien fonctionné que le 4-2-3-1. Je ne vois pas en quoi l'OM était obligé de s'adapter au fait que les Messins venaient au Vélodrome avec deux attaquants.

En revanche, Marseille a très vite retrouvé le réalisme qui lui avait fait défaut à Lorient mardi. C'est une équipe assez surprenante parce qu'on peut dire que depuis le début de la saison, l'OM avait pris l'habitude d'assommer ses adversaires dans la première demie heure. Or, là, les Phocéens ont souffert pendant une heure contre des joueurs de Metz loin de démériter, à l'image d'un Malouda que j'ai trouvé très bon. L'OM n'a pas cédé et a su remettre un coup d'accélérateur pour prendre le dessus.

Et puis il faut dire qu'à Marseille, il y a un joueur qui fait des différences incroyables : Dimitri Payet. Il fait une demi-saison absolument éblouissante. Je suis d'ailleurs assez d'accord avec Christophe Dugarry, lorsqu'il dit que c'est le meilleur joueur de ce début de championnat. Sa passe décisive sur la tête de Gignac est absolument sublime, sa balle en retrait qui entraîne la frappe de Romao sur le but d'Ayew est magnifique aussi et que dire de sa lucidité pour piquer le ballon avec tant de précision à la 92ème minute... Le propre des grandes équipes est d'avoir un joueur-star qui fait des différences et en ce moment à Marseille, ce joueur-star, c'est Dimitri Payet. 

 

Lyon au finish, Guingamp au mérite

Dans l'après-midi, Lyon s'est imposé très difficilement à Evian en étant mené deux fois au score sur deux buts de Barbosa dont un coup-franc sublime. Les Lyonnais ont eu le mérite de revenir grâce à Benzia et Lacazette, qui a inscrit un doublé dont un penalty sur une faute de main de Thomasson que je trouve personnellement très sévère. Il n'y aucune intention de faire main de la part du joueur savoyard. J'ose à peine imaginer ce qu'on lirait sur les réseaux sociaux si le PSG avait bénéficié d'un tel penalty dans les arrêts de jeu. Toujours est-il qu'après la raclée prise à Geoffroy-Guichard, Lyon a réussi, même si c'est dans la douleur, à remporter ses deux matchs suivants dans les arrêts de jeu. 

Toujours avec cette idée qu'il est difficile de jouer trois matchs en huit jours, Reims s'est fait surprendre à domicile par une équipe de Guingamp assez épatante. Les Bretons, qui joueront leur qualification en seizièmes de finale de l'Europa League jeudi, ont marqué deux buts magnifiques sur trois. Une reprise de Jacobsen assez incroyable et un très beau but de Beauvue, auteur d'une superbe saison, ont eu raison des Rémois. Guingamp est une équipe qui joue au ballon et même si elle connaît des moments difficiles après la coupe d'Europe, elle montre une qualité de jeu intéressante, une volonté offensive et du courage. Beaucoup d'équipes avec des budgets plus élevés feraient bien de s'en inspirer. 

C'est un petit peu le même constat pour Lens, qui a arraché un match nul aux airs de victoire au Stade de France contre Lille. Des Lillois qui avaient pourtant ouvert le score sur leur première frappe cadrée, à l'issue d'un double une-deux assez magnifique conclu par Gueye. Sur l'ensemble de la partie, la domination a été lensoise. Alors c'est sûr que les hommes de Kombouaré ne sont pas d'une adresse remarquable devant, mais les joueurs adroits face aux buts coûtent cher alors que Lens aimerait bien avoir des joueurs tout court. Le but de Coulibaly en fin de match sur un remarquable centre de Nomenjanahary a permis aux Sang et Or de marquer un point. Et un point à Lens, c'est un trésor. 

 

Pierrot