Marseille retrouve du peps !

Après une défaite et deux nuls, l'OM s'est relancé en dominant Sainté au Vélodrome avec un certain panache. Le vrai départ pour les Phocéens ?

Sur le papier, la réception de Sainté au Vélodrome n'avait rien du match facile pour l'OM. D'abord parce que Saint-Etienne est l'une des équipes les plus compliquées à jouer de ce championnat et puis parce que les Olympiens enchaînaient leur troisième match en six jours. Mais les Phocéens s'en sont sortis bien plus facilement que ne l'indique le score. Sans un Ruffier auteur de quelques parades extraordinaires - notamment sur ce coup-franc de Valbuena en première période et cette frappe surpuissance d'Ayew dans les arrêts de jeu - la victoire marseillaise aurait été bien plus large. Et ça n'aurait pas été immérité.

On a retrouvé un OM plein de sang, d'envie, empli d'une bonne agressivité et très tonique au milieu, avec un joueur qui pour moi est devenu indispensable à cette équipe : Imbula. Son absence s'était cruellement fait sentir à Bastia, car Cheyrou est plus défensif et n'a pas la fougue ni la vitesse de l'ancien Guingampais pour déchirer le premier rideau défensif adverse. A chaque fois qu'il touche le ballon, Imbula donne du tonus et du rythme au jeu. Et pour couronner le tout, c'est lui qui marque le but de la victoire olympienne.

C'est une grosse performance pour un garçon qui a l'air, en plus, d'être extrêmement frais dans sa tête. Je me souviens l'avoir interviewé lors de la remise des Trophées du foot pour son titre de meilleur joueur de Ligue 2. Il m'avait paru tout timide, presque effacé. Il ne l'est pas du tout sur le terrain et ce sera assurément l'un des jeunes joueurs français à suivre cette saison.

Catastrophique Ennjimi

Alors c'est vrai que le but de Mendy est chanceux : il rate son geste mais sa volée écrasée lobe finalement Ruffier. Ceci étant, la cohérence dans le jeu et surtout, la vitesse d'exécution globale de l'OM ont très souvent mis à mal l'arrière-garde des Verts. Malheureusement, le bémol de ce match c'est l'arbitrage de monsieur Ennjimi, qui a été globalement… catastrophique ! Déjà pour moi, le pénalty accordé à Sainté est une blague. Effectivement, Romao se penche un peu, mais son bras est totalement collé au corps…

Ca devient lassant de voir, semaine après semaine, l'arbitrage français se couvrir de ridicule. J'ai l'impression qu'il n'y a qu'en Europe que ce genre de geste fait débat. On réclame une main par-ci, on siffle une main par-là, ça devient franchement pénible. Non content de cette première erreur, Ennjimi a remis ça en oubliant d'exclure Andre Ayew pour ce tacle par derrière qui a blessé Mollo. Le Ghanéen cherche à jouer le ballon mais il est beaucoup trop loin et malgré son attitude très honorable avec le Stéphanois - qui souffre sans doute d'une belle entorse - à la fin du match, ça méritait un rouge direct.

Après un début de saison assez calme au niveau de l'arbitrage, les erreurs commencent à nouveau à s'accumuler. Les Marseillais sont sûrement loin de ces considérations, après une prestation pleine d'espoir pour la suite. Avec ce paradoxe néanmoins : les deux buts du soir sont inscrits par deux joueurs défensifs. Mais c'est aussi ça une équipe. Et ce qu'on appelait jadis le football total. Hier soir, l'OM a parfois produit du foot total et moi, devant mon petit écran au fin fond des Pyréenées, j'ai pris du plaisir à suivre ce match.

La suite ce soir...

Pierrot