Monaco coince, Paris s'envole

Le réveil lillois, le raté monégasque, la balade parisienne, la confirmation strasbourgeoise, le talent dijonnais et la vacuité toulousaine : nos régions ont du talent

C’est le LOSC qui a ouvert cette 13e journée de Ligue 1, le Stade Pierre-Mauroy devant être transformé en configuration tennis pour la finale de la Coupe Davis le week-end prochain. Les Nordistes, sans faire un match étourdissant, ont quand même dominé assez facilement une équipe de Saint-Etienne aux abois. Le vrai point positif pour Lille, c’est cette efficacité offensive retrouvée après de gros soucis dans ce secteur en début de saison, à l’image du superbe but de Mendes. C’est la deuxième victoire consécutive des joueurs de Bielsa et elle devrait apporter un peu de sérénité dans l’entourage du club.

Non loin de là, Amiens a décroché un bon match nul face à une équipe de Monaco totalement méconnaissable. Les Picards ont beaucoup subi, ce qui est assez normal vu l’écart entre les deux clubs, mais ils ont eu le mérite d’ouvrir le score par Gakpe. L’égalisation de Jovetic a résonné comme une vraie bonne nouvelle pour les Monégasques alors que c’est évidemment un très mauvais résultat pour l’ASM avant sa semaine capitale, entre le match de Ligue des Champions décisif face à Leipzig et la réception du PSG dimanche prochain.

Le PSG justement, a fait ce qu’il fallait face au porc-épic nantais, qui alignait une compo presque caricaturale signée Ranieri, avec quatre défenseurs centraux, deux latéraux avancés, trois milieux défensifs et le pauvre Sala seul en pointe. La première demi-heure nantaise a été assez cohérente, avec un pressing relativement haut et quelques ballons récupérés, mais sans réelle projection vers l’avant et donc, sans réelle occasion. Paradoxalement, c’est en contre que Paris a ouvert le score, avec ce bon décalage de Neymar pour Pastore qui sert l’insatiable Cavani. 

Dans la foulée, Di Maria a signalé sa présence sur le terrain en marquant un but très chanceux puisqu’il veut clairement centrer mais personne ne touche le ballon qui finit sa course dans le petit filet de Tatarusanu. Mené 2-0 à la pause, Ranieri a abandonné sa compo porc-épic et fait rentrer Nakoulma. Et là, comme par miracle, quand tu joues avec deux attaquants, tu marques ! Un espoir de courte durée pour les Canaris, anéantis par le but de Pastore avant que Cavani ne signe son doublé suite à un dégagement raté de Diego Carlos sur Pallois. La deuxième meilleure défense de Ligue 1 en a donc pris quatre au Parc et le PSG poursuit sa promenade de santé en Ligue 1…

Kwon bat Suk

Et puis il y avait quatre matchs samedi soir. Strasbourg, qui jouait sans sa ligne d’attaque suspendue et avec six joueurs qui évoluaient déjà au club en National, il y a deux ans, a battu une équipe de Rennes totalement hors sujet en première période, qui s’est un peu reprise en seconde mais qui a replongé avec l’expulsion d’Amalfitano pour un tacle invraisemblable sur Liénard. Le même Liénard qui a ensuite donné le but de la victoire à Bahoken. Le Racing sort de la zone rouge, ce qui est assez mérité compte tenu des prestations récentes des Alsaciens.

Guingamp et Angers n’ont pas su se départager dans un match assez vivant, plutôt dominé par les Angevins. Mais Johnsson, qui est capable d’alterner le bon et le nettement moins bon, était dans un bon soir et a sorti plusieurs tentatives des hommes de Moulin. Dijon a battu Troyes grâce à une double accélération dès la reprise de la seconde période. Les Aubois avaient ouvert le score avant le repos par Suk, avant que Tavares ne s’offre un doublé, laissant à l’autre Coréen Kwon le soin de clore la marque. Dijon joue bien au ballon, Dijon attaque et va tenter de se maintenir pour la deuxième saison consécutive avec un football de qualité. C’est plutôt frais et rassurant. 

Ce qui l’est moins, c’est le football pratiqué par Toulouse, infoutu de battre la lanterne rouge en ayant évolué en supériorité numérique pendant 70 minutes. On a l’impression qu’il n’y a pas de plan de jeu dans cette équipe. Ce n’est que du duel, que du physique, alors qu’il y a pourtant des joueurs très intéressants devant. Mais bon, produire du jeu ne doit pas être la préoccupation première de Dupraz…

 

Pierrot