Monaco l'a fait !

Pas certain d’être qualifié avant cette dernière journée de poule, l’AS Monaco a fait mieux que décrocher son 8e de finale : sa victoire face au Zénith combinée au 0-0 entre Benfica et Leverkusen lui offrent la première place du groupe.

Il suffisait d’un nul aux Monégasques pour obtenir leur qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions. Dans ces cas-là, on dit toujours qu’il vaut mieux essayer de gagner plutôt que de vouloir assurer le nul. Ce n’est pourtant pas l’impression laissée par les joueurs de Jardim lors du premier acte. Dominés par le Zénith, les partenaires de Toulalan se contentaient alors de gérer, sans être trop mis en danger, les Russes faisant preuve de trop d’imprécision dans la dernière passe.

Après le repos, Monaco semblait toujours en pleine léthargie, Berbatov est sorti sur blessure et on n’a rien vu de bien nouveau jusqu’à l’heure de jeu. Le moment choisi par Abdennour pour couper un coup-franc magnifiquement frappé par Ferreira-Carrasco et ouvrir la marque. Après ça, les Monégasques ont contenu sans peine les assauts désordonnés des Russes et Fabinho s’en est allé doubler la marque en fin de match après un bon relais avec Moutinho.

Le petit milieu portugais qui a peut-être réalisé son meilleur matchs depuis son arrivée en Principauté. Accrocheur, orientant bien le jeu, perdant très peu de ballons, l’ancien joueur de Porto a livré un match complet et a enfin pesé sur le résultat puisque c’est lui qui provoque le coup-franc pour l’ouverture du score et c’est encore lui qui donne le ballon décisif à Fabinho pour le second but. Voilà le genre de match que Moutinho va devoir réitérer pour convaincre qu’il est un grand joueur.

 

Le poison Ferreira-Carrasco

Individuellement, le quatuor défensif a été très bon. La charnière Wallace-Abdennour a tout repoussé, Raggi a encore montré qu’il était un pur warrior, et Fabinho a inscrit le second but au terme d’une belle chevauchée solitaire. Ce n’est sans doute pas pour rien que l’ASM termine meilleure défense de cette phase de poule, avec un seul but encaissé. 

Quant à Ferreira-Carrasco, il a été un poison pendant tout le match pour la défense du Zénith, provoquant sans cesse et choisissant presque toujours la bonne option de jeu. Le jeune belge, récompensé par ses premières sélections avec les Diables Rouges cet automne, a passé un cap cette saison et est en train de devenir une valeur sûre. 

Alors évidemment, Monaco n’a pas été flamboyant pendant cette phase de poule. Mais c’est tout le mérite de cette équipe, inconstante en championnat mais terriblement solide en Ligue des Champions et qui, ne l’oublions pas, a vu partir ses deux stars l’été dernier. Six matchs, quatre buts, la première place : l’ASM s’est montré d’un réalisme froid. Mais pour une fois que c’est le cas d’un club français, on ne va pas s’en plaindre. 

Cette première place va permettre aux Monégasques d’éviter la plupart des cadors au tirage et de jouer le match retour à Louis II. Et puis, cerise sur le gâteau, cette victoire face à un club russe est excellente pour notre indice UEFA. Si Paris avait la bonne idée de s’en inspirer ce soir…

Pierrot