Paris attendra encore

Eh bien ce ne sera pas pour ce week-end ! Avec ce nul franchement moyen, le PSG devra patienter encore 10 jours minimum pour être sacré.

Voilà, on est reparti pour 10 jours de supputations, de critiques et d'aigreur autour du PSG. Un paradoxe assez fou pour une équipe qui va très certainement battre le record de points de l'histoire de la Ligue 1, qui possède la meilleure attaque, la meilleure défense et les deux meilleurs buteurs. Mais depuis trois ou quatre matchs, on a l'impression que tout est devenu nul à Paris.

C'est évidemment très excessif, mais il n'en demeure pas moins que le visage affiché par le leader en seconde période à Sochaux n'est pas digne du standing des joueurs alignés sur le terrain. Tant que Sochaux a été un peu timoré, le PSG a géré le match à sa main, ouvrant le score sur un joli but de Cavani. Mais après le repos, comme trop souvent, il a suffi que les Lionceaux montent un peu en régime pour que l'édifice francilien se lézarde.

Même si cela agace beaucoup Monseigneur, il faut être aveugle pour ne pas voir que Thiago Silva joue à 10% de ses moyens. Mais aussi que Motta est au bout du rouleau, que Lavezzi raterait un éléphant dans un couloir et que Sirigu ne bloque jamais un ballon. Et puis que dire de Verratti, qui semble prendre comme une punition la concurrence induite par l'arrivée de Cabaye, même si l'ancien Lillois ne s'est guère montré convaincant depuis son arrivée.

Le petit milieu italien a un talent exceptionnel, personne ne discute ça. Mais sa prestation à Bonal confine à l'inadmissible, à l'image de cette occasion qu'il gâche à l'heure de jeu, avec cette frappe toute molle au point de pénalty. Comme je l'ai dit au CFC, il va falloir que ça change. Ceux qui n'aiment pas Laurent Blanc diront qu'il est trop gentil.

La juste récompense de l'OL

Mais il faut voir un truc : le Laurent Blanc joueur avait l'oreille de ses entraîneurs, que ce soit Jacquet ou Ferguson. C'était un taulier, consulté et à qui on laissait beaucoup de liberté dans l'autogestion. Il n'en abusait pas. Visiblement, certains joueurs du PSG ne lui renvoient pas sa confiance. C'était déjà arrivé avec les Bleus et il va vraiment falloir que ça change. Faute de quoi, sa deuxième saison dans la capitale pourrait s'avérer beaucoup plus compliquée.

Un peu plus tard dans l'après-midi, Lyon a disposé très facilement d'une équipe bastiaise toujours autant hors sujet à l'extérieur. C'est presque sans forcer que Gomis et ses copains ont marqué 4 buts, ce qui leur donne 5 points d'avance sur l'OM avant d'aller au Vélodrome dimanche prochain et garantit quasiment leur présence en Coupe d'Europe la saison prochaine. Ce qui, je le répète, est une juste récompense de leur saison pleine de panache.

Et puis en soirée, on est resté dans la "consolidation" avec Lille, qui a lui aussi presque définitivement assuré son classement final. Le LOSC a dominé plus facilement que ne l'indique le score une équipe bordelaise qui s'est encore fait laminer à la mi-temps par son entraîneur. Les Nordistes ont montré un visage plus séduisant que dernièrement sur le plan offensif, ce qui tient évidemment beaucoup à la présence de Kalou.

L'Ivoirien est LE joueur qui fait la différence dans cette équipe. Alors c'est vrai que ce n'est pas un modèle de constance, mais quand il est dans un bon soir, il est capable de débloquer une situation presque à lui tout seul. Il l'a encore montré hier soir, même si Carrasso a joliment stoppé son pénalty en fin de match, l'empêchant ainsi de réaliser le doublé.

Pierrot