Paris fait le break

Les quatre premiers jouaient ce dimanche et on dénombre un seul perdant : l’AS Monaco. Battus par le PSG à Louis II, les Monégasques laissent Lyon passer devant et Marseille revenir sur leurs talons.

L’Olympique Lyonnais est de retour. En atomisant Nice à l’Allianz Riviera avec une nouvelle manita, les Rhodaniens ont chipé la seconde place du classement à Monaco, face à des Aiglons en perdition à l’image de leurs cadres, de Dante à Seri en passant par Jallet. Il n’y a guère que Balotelli qui ait existé dans ce match côté niçois. Les Lyonnais eux, se sont régalés en contre, marquant de très jolis buts signés Depay, Diaz, Cornet et le jeune Maolida, avec un très bon Aouar au milieu. 

Mariano qui était très individualiste en début de saison progresse beaucoup, Depay est bien meilleur lui aussi et défensivement, l’équipe semble également avoir trouvé la bonne formule et le bon équilibre avec cette série de sept clean sheets d’affilée. Honnêtement, sur ce qu’on voit depuis maintenant plusieurs semaines, la meilleure équipe de Ligue 1 après le PSG, c’est incontestablement l’OL.

Il faudra aussi se méfier de Marseille, qui a battu Guingamp sur le plus petit des écarts malgré une copieuse domination, notamment pendant le premier acte. Les occasions n’étaient pas monstrueuses non plus mais l’OM maîtrisait ce match et a logiquement fini par trouver l’ouverture par Thauvin, qui a profité de la naïveté de Tabanou - le défenseur breton doit fermer l’axe et entraîner Thauvin vers l’extérieur au lieu de le laisser se remettre sur son pied gauche - pour marquer son sixième but de la saison. Il faut parfois savoir gagner 1-0, l’OM l’a très bien fait hier et poursuit donc sa bonne série en championnat.

Et puis en soirée, le PSG s’est imposé à Monaco beaucoup plus facilement que ne l’indique le score. Paris l’a emporté 2-1 mais s’est procuré huit occasions nettes (!) par ailleurs. Dont quatre pour Mbappé, qui a peut-être fait un petit complexe freudien face à son ancien club, une de la tête pour Cavani, un tacle en bout de course de Draxler, un poteau de Neymar, un autre de… Jemerson bref, ne marquer que deux buts au final, c’est évidemment très peu.

Le PSG a totalement bouffé l’ASM en première période, terminant avec une possession de 77% sous la houlette d’un Rabiot étincelant et qu’on attend désormais à ce niveau-là en sélection. Neymar a été très bon, Alves infernal… Il a fallu ce coup-franc de Moutinho détourné de la tête par Mbappé - décidément - dans son propre but pour relancer un peu le match. Sauf que Monaco n’a montré aucun signe de révolte et n’a jamais été capable de faire douter Paris dans les dix dernières minutes. Paris qui compte donc neuf points d’avance sur ses poursuivants. Vu le rythme auquel l’équipe tourne et le jeu déployé, cet écart devrait encore grandir dans les semaines à venir. 

 

Pierrot