Paris inarrêtable

Malmenés sur la pelouse de Montpellier, les Parisiens se sont tout de même imposés grâce à l'inévitable Blaise Matuidi. Ni écrasant, ni flamboyant, le PSG a pris neuf points en trois matchs avec beaucoup de maîtrise et de sang froid. Des ingrédients qui pourraient permettre de (trop) rapidement plier ce championnat.

Franchement, si le PSG n'a pas perdu de points à Montpellier, où va-t-il bien pouvoir en laisser ? On se le demande car la prestation des Parisiens hier soir a été pour le moins décevante. C'est vrai qu'il y avait quelques absences mais la composition de départ semblait quand même très supérieure à celle de Montpellier, qui avait perdu ses deux premiers matchs sans marquer le moindre but. Malgré cela, les Héraultais n'ont pas cessé de mettre du rythme dans la partie et auraient au moins mérité un match nul. D'ailleurs, si elle s'inspire de ce match et non des rencontres face à Angers et Rennes, cette équipe devrait rapidement prendre des points.

Côté parisien, la blessure très rapide de Javier Pastore a un petit peu changé le dispositif de Laurent Blanc. Les joueurs se sont retrouvés dans une configuration moins offensive, d'autant que Rabiot n'est pas très bien rentré dans ce match. Mais que dire surtout de cette ligne d'attaque, la même qu'il y a deux ans à Chelsea lorsque le PSG avait été éliminé de la Ligue des Champions ?

Alors Lucas, avec qui je serai moins sévère, récupère des ballons loin de son but, travaille avec Aurier, se replace, percute et réussit des dribbles. Il a même donné une belle balle de but à Augustin en fin de match. Mais Lavezzi, lui, est venu à Montpellier pour prendre l'air. Il est sympathique, il chambre, il rigole mais bientôt, tout ça ne fera plus rire que lui. Et puis il y a bien sûr Cavani. Le héros d'une partie des supporters parisiens reste pour moi une énigme complète. À part être hors-jeu, il ne sert à rien. Il ne réussit pas une passe, pas un contrôle, rien. Il vient de disputer trois matchs en l'absence de Zlatan, supposé être responsable de tous ses maux. Qu'a-t-il prouvé ? Rien.

 

Matuidi, nouvel attaquant de Paris

Compte tenu de cette indigence offensive totale, le PSG s'en est remis aux points forts de ce début de saison. L'engagement défensif des joueurs de la capitale est incomparable à celui de l'année dernière avec un Aurier toujours au sommet et une défense centrale impeccable et implacable. Autre bonne nouvelle, on a enfin aperçu le niveau de Kevin Trapp, qui a effectué une très belle parade sur une tête de Bensebaini. Quant à Matuidi, il m'épuise rien qu'à le regarder. Il fait un travail de sape invraisemblable et c'est encore lui qui inscrit le but de la victoire sur un bon travail de Lavezzi et une passe de Maxwell. Il en est déjà à deux buts et une passe décisive en trois matchs.

L'international français a donc les meilleures stats offensives de son équipe. C'est d'une part une preuve de son très bon début de championnat et d'autre part, un symbole du manque d'efficacité de l'attaque en l'absence d'Ibra. Que ça plaise ou non, le Suédois reste le patron. D'ailleurs, quand Di Maria sera apte à jouer et Pastore rétabli, il va falloir que Cavani soit quand même un peu plus réaliste pour rester sur le terrain. Pour l'instant, c'est catastrophique.

Toujours est-il qu'à l'arrivée, le PSG a déjà pris neuf points en trois matchs. Cette année, j'ai très peur que tout soit plié avant la fin de l'hiver. Une bonne nouvelle pour la Ligue des Champions mais en aucun cas pour notre championnat.    

 

Pierrot