Paris jusqu'à l'absurde

Face à un Bordeaux en mode béton armé, Paris a pris son temps mais a fini par trouver la faille. Et remis la pression sur Monaco.

Il suffisait de jeter un oeil à la composition des Girondins, hier soir au Parc, pour savoir à l'avance à quel match on allait avoir droit. Ce qui aurait pu donner une autre physionomie à ce PSG-Bordeaux, c'est le pénalty pourtant évident non accordé par Tony Chapron dès la 4e minute de jeu, alors que Zlatan était ceinturé par Henrique. Après ce fait de jeu, le PSG a retrouvé son style habituel, mais poussé jusqu'à l'absurde.

Contre une équipe qui joue dans ses 30 derniers mètres et te rend systématiquement le ballon, avoir une possession de balle hymalayesque et multiplier les passes, ce n'est pas très compliqué. Après, lorsqu'il faut s'approcher du but adverse, les espaces se réduisent. Et là, il faut jouer juste. Ce que Paris n'a longtemps pas réussi à faire à cause d'une vraie maladresse dans le dernier geste.

Défensivement en revanche, les Parisiens n'avaient pas trop d'inquiétude à avoir avec cette équipe bordelaise totalement fantomatique aux avants-postes. Et ç'a été encore pire après le repos. Si, si, c'est possible. De toute façon, les déclarations à la mi-temps d'un Gillot aussi déprimé que d'habitude ne laissaient rien présager de bon. Bordeaux a donc été encore plus faible et a rendu le ballon encore plus vite lors du second acte !

Le "cas Lucas"

Il était inéluctable que ça finisse par rentrer. C'est arrivé sur cette passe de Lucas - hors-jeu au départ de l'action - coupée par Ibra au premier poteau. Ah, le "cas Lucas". On n'a vu que lui, j'ai envie de dire qu'on l'a même trop vu. Alors on peut lui reconnaître un truc : il n'est pas fainéant, le gamin. Il court, il provoque, il dribble… Mais quel manque de lucidité dans la finition, que de mauvais choix et de ballons gâchés.

Enfin à l'arrivée, il fait aussi deux passes décisives, on ne peut pas l'occulter. Car c'est encore lui qui tire le corner pour la reprise d'Alex. Ce jeune Brésilien a du potentiel, il faut juste qu'il apprenne à jouer au foot. C'est paradoxal, mais c'est exactement ça. Enfin, au bout du compte, c'est une victoire logique et sans surprise pour Paris. La 4e face à Bordeaux cette saison. Mais c'est vrai qu'il n'y a pas eu de match faute d'opposition.

Il faut dire que même mené 1-0, Bordeaux a continué à jouer le 0-0. Désolant. Mais malheureusement, on en a désormais l'habitude. Seul bémol côté parisien : la blessure de Cavani. S'il s'est arrêté juste à temps, il peut être rétabli pour Monaco dimanche prochain. Rien n'est moins sûr et on va attendre le résultat des examens. Ce qui est sûr en revanche, c'est que l'Uruguayen n'a pris aucun risque.


Pierrot