Paris s'en rapproche

Je ne sais pas si c'était pour fêter les 4 années supplémentaires de contrat avec Canal, mais la Ligue 1 s'est surpassé en terme de spectacle ce samedi.

La journée avait commencé vendredi soir par un match étrange au Vélodrome, qui n'a pas eu beaucoup d'intérêt sur le plan footballistique hormis le triplé du toujours irréprochable Andre Ayew. Evidemment, c'est surtout ce qui s'est passé en tribunes qui pose question. Même si j'ai pas mal de contacts sur Marseille, j'ai beaucoup de retours contradictoires.

D'un côté, on a le clan Anigo-Labrune qui crie au complot et de l'autre, des supporters qui, pour une majorité d'après ce que je sais, ne supportent plus la façon dont est géré le club par les deux premiers cités. Certains me disent même qu'à la limite, le classement est anecdotique. Et c'est vrai qu'on voit mal comment l'OM pourrait repartir l'année prochaine avec Anigo comme directeur sportif, comme si de rien n'était. Même avec un nouvel entraîneur, qui pourrait être Bielsa aux dernières nouvelles.

Il y a eu des moments très pénibles dans ce match, surtout pour les joueurs olympiens. Scander "Oh hisse, enc…" sur les six mètres de Mandanda, franchement… Même Anigo semble avoir perdu les pédales avec ce doigt d'honneur adressé au public. Je le répète tous les week-ends depuis un moment, la fin de saison va être longue à Marseille…

Lucas régale

Samedi après-midi, il aurait fallu que ce soit l'équipe C du PSG pour qu'il y ait un semblant de suspense. Pourtant, Reims avait gagné à Marseille, à Lyon, à Lille et n'avait perdu que dans les arrêts de jeu à Monaco. Mais là, les Champenois étaient trop inhibés et Paris, après une mise en route un peu mollassonne, a réussi à s'imposer, même s'il est assez pittoresque de constater que Mandi termine meilleur buteur de ce match.

Deux choses à noter côté PSG : après son but d'extraterrestre mercredi, Pastore a confirmé qu'il était dans une bonne passe. Et également ce Lucas qui, match après match, commence à régaler le Parc des Princes, par ses dribbles et son efficacité dans le jeu.

Et puis ce soir, le gros coup, c'est Lille qui l'a réussi face à une équipe de Toulouse hors des débats en première période, ce qui lui arrive trop souvent au Stadium. C'est vrai que ce n'est pas facile de jouer dans ce stade où il n'y a pas grand monde. Alors cette fois, on nous a dit que c'était à cause du carnaval de Toulouse. Moi je veux bien, mais bon, quand enfin le Téfécé joue au ballon, les gens ne viennent pas le voir. C'est ballot.

Pensum made in Ligue 1

Nolan Roux a ouvert le score à la finition d'une super action collective et d'une bonne passe de Kalou, qui a lui-même doublé la marque ensuite sur un pénalty très généreux pour une soi-disant faute de Didot. Et puis en seconde période, monsieur Fautrel - qui se fait décidément beaucoup remarquer en ce moment - a expulsé coup sur coup les deux latéraux lillois. Les deux cartons de Souaré sont mérités. En revanche, l'expulsion de Béria me semble très sévère.

Toulouse est alors parvenu à réduire l'écart par l'exceptionnel Aurier, mais trop tard. Encore une fois, Lille poursuit son remarquable parcours. Pour le reste, il y a eu pas mal de bons matchs. Même Bordeaux-Rennes, qui est devenu depuis quelques saisons le symbole du pensum made in Ligue 1, s'est soldé par un 2-2 au lieu du traditionnel 0-0.

On a eu la victoire de Montpellier à Guingamp - malgré une seconde période étonnante des Bretons qui auraient mérité de revenir au score -, Evian qui est allé chercher un bon point à Lorient, et puis Sochaux, auteur d'un très bon premier acte face à Bastia. Mais les Corses se sont réveillés après le repos, avec notamment ce but venu d'ailleurs signé Cissé, dont la joie faisait plaisir à voir…


Pierrot