Rennes première, Marseille amer

Et on va attaquer ce post avec ceux qui ont eu le bon goût de gagner, à savoir les Rennais. L’équipe bretonne a donc signé la première victoire en Coupe d’Europe de son histoire en battant - péniblement en revanche - les Tchèques de Jablonec, clairement venus pour défendre mais qui l’ont fait avec une belle énergie et sans coup de pompe physique 90 minutes durant. On a senti dans ce match que Rennes n’est pas en confiance. Cette équipe a perdu trop de points depuis le début de la saison après avoir mené au score et on la sent encore sur le reculoir. 

Évidemment, tout le monde du côté du club espère que cela va changer quand Niang et Ben Arfa seront au point. Les deux hommes qui sont entrés en jeu après le repos. Niang a apporté sa puissance côté gauche. Quant à HBA, qui n’avait pas joué depuis plus d’un an, il a fait du Ben Arfa pur jus. Deux ou trois passes intelligentes, un déboulé et un une-deux avec Niang… Et surtout, il a eu les cojones ou l’inconscience - voire un mélange des deux - de tirer le penalty décisif, qu’il a transformé avec une décontraction assez incroyable. En tout cas, Hatem est de retour et à titre personnel, ça me fait bien plaisir. 

Pendant ce temps-là, Marseille s’est fait surprendre par Francfort dans un Vélodrome vide. Il est évident que le fait que ce match ait eu lieu à huis clos a fortement pesé sur le résultat. Maintenant, il faut aussi se demander pourquoi et s’interroger sur l’attitude de certains supporters du club, qui ne se sont pas très bien comportés, que ce soit dans leur stade ou à l’extérieur. J’espère que ce match à huis clos, perdu de surcroît, mettra un peu de plomb dans la tête de ces supporters qui, la preuve en est, font parfois plus de mal que de bien à leur équipe.

L’OM semblait pourtant avoir fait le plus dur en marquant très rapidement dans ce match, Ocampos reprenant à bout portant un centre tendu de Thauvin. Seulement, malgré de nombreuses occasions, les Phocéens n’ont pas réussi à faire le break avant la pause, Trapp sauvant son équipe à plusieurs reprises. Après le repos, ce sont les Allemands qui ont pris les choses en main et ont très vite égalisé sur corner. Même l’expulsion de Willems et l’infériorité numérique n’ont pas déstabilisé l’Eintracht, le rentrant Jovic assommant les Marseillais à l’orée du temps additionnel. Une défaite à domicile pour commencer sa campagne européenne plus la perte de Rami touché aux ischios avant le choc à Lyon dimanche, la soirée a été compliquée pour les Olympiens…

Une soirée qui s’est terminée par un match lamentable de la part de Girondins qui auraient, sans Costil, subi une défaite beaucoup plus lourde. Il n’y a rien dans cette équipe bordelaise. RIEN. La défense est faible, le milieu fatigué et l’attaque, inexistante. Quand je pense que certains ont critiqué Henry parce qu’il a refusé le poste… Mais il faut juste être fou ou avoir besoin d’argent pour oser entraîner cette équipe qui, je le répète, est vraiment faible. Et je suis désolé, ce ne sont pas les projets de dépenses des Américains qui m’incitent à l’optimisme pour les saisons à venir…

Pierrot