Statu quo

Des buts et du spectacle au Stadium, une vengeance à la sauce bretonne et la purge du dimanche soir : suite et fin de la 26e journée.

"Y'en a marre que vous ne parliez que du PSG…", "Ras-le-bol de voir tout le temps le PSG sur Canal !" Voilà ce que lis et ce que j'entends depuis plusieurs mois. OK les gars, mais il faut être objectif au moment de faire le constat : avec Paris on a 8 chances sur 10 de voir un très bon match. Sans Paris, on a 8 chances sur 10 d'avoir droit à une truffette. Un théorème qui s'est encore vérifié hier.

En début d'après-midi, le PSG l'a emporté à Toulouse au terme d'un match globalement convaincant face à une excellente équipe toulousaine. Je ne dis pas ça souvent, mais j'ai trouvé le Téfécé très séduisant. Les hommes de Casanova ont beaucoup gêné ceux de Blanc, avec notamment ce milieu à 5. Au final, les Toulousains peuvent sortir de ce match sans regret, avec la satisfaction d'avoir eu des occases, d'avoir planté deux buts au champion en titre et d'avoir tout tenté. Je suis sûr qu'ils ont même pris du plaisir.

C'est loin d'être le cas de tous les adversaires du PSG cette saison. Maintenant, c'est sûr qu'après le match à Leverkusen et sur un terrain scandaleux, Paris a mis un peu de temps à se mettre en route, ce qui ne l'a pas empêché de se procurer quatre occasions nettes en première période et d'ouvrir le score sur pénalty. Il y a eu la très jolie égalisation de volée de Ben Yedder et en seconde période, le club de la capitale a fait parler sa puissance et son expérience.

L'excellent Toivonen, le prometteur Ntep

Une fois encore, Ibra a été géant. Trois buts, des gestes de classe, et que dire de ce coup-franc de près de 40 mètres repoussé par le prometteur Boucher. Alors on peut parler de ce fait de match sur lequel Motta s'en sort très bien après son pied dans le thorax de Chantome, mais après avoir vu ce qui s'est passé à Lille plus tard dans la journée, j'en suis juste à me dire que décidément, ces arbitres n'ont aucune jugeote. Toujours est-il que le PSG est à nouveau nanti de cinq points d'avance sur Monaco et vient de marquer 8 buts en 2 matchs à l'extérieur.

A 17 heures avait lieu le derby "breton" et comme je le pressentais, Rennes a pris sa revanche du match aller. Il y a un vrai progrès dans le jeu rennais depuis le recrutement offensif effectué lors du mercato. Les arrivées de l'excellent Toivonen et du très prometteur Ntep - tous deux buteurs hier - permettent aux Rouge-et-Noir d'avoir une autre puissance offensive.

La victoire est très nette et ne souffre aucune contestation face à des Canaris totalement à l'arrêt et qui sont avant-derniers sur les résultats de 2014. Comme on pouvait le craindre, la fin de saison risque de sembler un peu longue aux hommes de Der Zakarian, qui sont sans doute bien contents d'avoir 9 points d'avance sur le premier relégable.

Et puis comme c'est malheureusement trop souvent le cas en cette période hivernale, on a eu droit à notre purge du dimanche soir. Après Marseille-Sainté la semaine dernière, ce deuxième match entre prétendants à la 3e place a offert un bien piètre spectacle. La première période était effroyable. Quand je pense que Balmont a vu une équipe qui a montré un "beau visage"…

Pas une question d'argent

En seconde période, il y a eu un peu plus d'intensité et d'occasions, mais c'était trop pauvre techniquement, trop faible dans les transmissions et trop approximatif dans la dernière passe pour espérer voir quelque chose de potable. Surtout quand un match est aussi mal arbitré. Alors certes, monsieur Millot ne s'est pas trompé sur les nombreuses mains commises dans les deux surfaces.

Mais on peut lui reprocher de ne pas avoir sifflé péno en première période pour la faute sur Bafé Gomis et surtout de ne pas avoir fait ce qu'on demande en priorité à un arbitre, c'est-à-dire protéger la santé des joueurs. C'est miraculeux que Kalou ne casse pas la cheville de Bedimo sur ce tacle non maîtrisé et l'Ivoirien ne prend même pas un jaune.

Quant à la charge de Gueye genou en avant sur Gonalons - qui finira par sortir sur une civière - sur laquelle il donne coup-franc à Lille, ce n'est pas sérieux. Pour voir un bon match de foot, ce n'est pas une question d'argent. Il faut simplement avoir trois ingrédients fondamentaux : une volonté de jouer au football, un terrain qui le permet et un arbitrage au niveau. En ce moment en Ligue 1, il y a quand même pas mal de matchs où aucun des trois n'est présent...

Pierrot