Tiens, Lyon est deuxième

Grâce à sa courte victoire sur Troyes, l'OL devient dauphin du PSG en attendant la rencontre d'Angers face à Monaco. Saint-Etienne compte également le même nombre de points suite à son succès contre Reims. Ajaccio, dans un contexte très particulier, a enchaîné une deuxième victoire consécutive.

Lyon est donc deuxième de Ligue 1. C'est l'info de la soirée et il faut bien la lire parce qu'en regardant le match hier soir à Troyes, c'est un peu difficile à comprendre. C'est peu dire que la victoire des hommes de Fournier dans l'Aube est tirée par les cheveux. Avant de parler de l'OL, on va d'ailleurs évoquer cette pauvre équipe de Troyes. Avec un joueur perdu à l'échauffement, un autre en début de match et huit défenseurs sur le carreau au total, elle n'est pas vernie. Hier soir, elle a aussi pris un carton rouge invraisemblable car le geste de Corentin Jean est un tacle glissé de côté. Alors c'est vrai qu'il y a beaucoup d'engagement mais on peut simplement donner coup-franc ou sortir le jaune si on veut être sévère. Carton rouge direct, ça n'a aucun sens.

C'est d'autant plus dommage que ça accrédite la thèse qui dit que Lyon joue tous ses matchs en supériorité numérique. Les Gones l'ont en plus emporté sur un penalty, ce qui n'arrange rien. Alors heureusement, la faute de Mavinga, qu'il a énormément contesté pendant et après la rencontre, est réelle. Seulement, même après cette ouverture du score, Lyon, qui a beaucoup buté sur l'excellent Bernardoni pendant la rencontre, s'est fait peur. Il a fallu que Lopes soit très présent pour consolider ce tout petit succès. Alors évidemment, au niveau du classement, on peut dire que tout va bien. Au niveau du jeu par contre, même si les Lyonnais ont signé une deuxième victoire consécutive pour la première fois de la saison, ce n'est quand même vraiment pas ça. 

Les clubs corses ont quant à eux remporté deux succès très importants. Bastia, qui restait sur une terrible série, s'est imposé contre Caen grâce à un coup-franc excentré mais direct de Diallo sur lequel Squillacci a joué un rôle non négligeable. Face aux Corses, les Caennais ont été très décevants, méconnaissables même. En tout cas, ces trois points suffisent largement au bonheur des Bastiais. Malheureusement, une fois de plus, Cahuzac - qui de manière inexplicable n'a d'ailleurs pas été convoqué par la commission après son coup de coude sur Lucas lors de la rencontre face au PSG - s'est illustré. Il a fait un bras d'honneur avant de clamer qu'il pouvait se battre après le match s'il le fallait. Un comportement de voyou qui n'a rien à faire dans un sport professionnel, que ce soit à Bastia ou ailleurs. 

 

Ajaccio, une victoire pleine d'émotion

L'ambiance était beaucoup plus lourde à Ajaccio puisque l'un des intendants du club, Frédéric Rossi, est décédé dans la journée à l'âge de 48 ans alors qu'il se trouvait au stade pour installer du matériel. Une terrible nouvelle qui permet évidemment de tout relativiser, même une lutte pour le maintien. Les Ajacciens ont joué avec un supplément d'âme dans un match où Larbi s'est offert un doublé. Une deuxième victoire consécutive qui replace complètement les Gaziers dans la course au maintien. Mais que dire de cette équipe de Bordeaux ? Elle aligne à chaque match une prestation plus indigente que la précédente. Le niveau de jeu affiché par les Girondins est cataclysmique. Il n'y a rien. Rien en défense, rien au milieu et rien en attaque. Willy Sagnol a beau tout tenter et changer ses joueurs, il ne se passe rien. Les acteurs de ce club feraient bien de se réveiller parce que dans l'anonymat, ils y sont. S'ils continuent sur ce tempo, ils seront même bientôt encore plus bas que l'anonymat. 

Nous avons également eu droit à un derby breton animé mais pas toujours dans le bon sens du terme entre Guingamp et Lorient. Un match avec un but à chaque extrémité. Briand, sur un très joli ciseau, a marqué le but le plus rapide de la saison et Moukandjo, sur une tête à la dernière seconde, a permis à son équipe d'arracher le nul. Entre ces deux actions, il y a eu un penalty justifié, un but de Salibur et beaucoup de mauvais gestes. Waris a pété un plomb, tant sur la faute sur Briand que sur son comportement après le carton rouge. Dans l'affaire, Sankharé a également été expulsé. C'est vraiment un bon joueur mais il faut qu'il arrête d'en remettre une couche à chaque fois qu'il y a un sale coup sur le terrain. Le tout mal maitrisé et mal arbitré par M.Rainville qui a une nouvelle fois montré qu'il n'avait pas le niveau de la Ligue 1.

Enfin dans l'après-midi, Saint-Etienne a largement battu Reims. La quatrième défaite consécutive en championnat pour les hommes d'Olivier Guégan. Les deux premiers buts stéphanois sont symboliques des erreurs champenoises du moment : une interception totalement manquée de Tacalfred au premier poteau sur la réalisation de Beric et un CSC d'Oniangué. Eysseric s'est quant à lui offert un joli but. Beaucoup plus joli que son tacle horrible en première période qui aurait dû lui valoir un carton rouge bien plus mérité que d'autres qu'on a vu dans la soirée. Cette victoire permet toutefois aux Verts de se replacer. Ça nous promet un beau derby Saint-Etienne - OL la semaine prochaine, en espérant que les grands acteurs de ce match seront les joueurs et non l'arbitre. 

 

Pierrot