Un Monaco record

Monaco a repris le fauteuil de leader en pulvérisant Metz, avec 3 points d’avance sur un PSG qui tient enfin son match référence après sa convaincante victoire face à Bordeaux.

Cette 8e journée avait commencé vendredi par le « Celtico », expression aberrante et ridicule désignant le derby entre Rennes et Guingamp, remporté pendant le temps additionnel par les joueurs de Gourcuff grâce à un but de Diakhaby. Un match disputé sur un rythme élevé mais assez décevant sur le plan technique. Le Stade Rennais a donc gagné ses quatre rencontres à domicile, ce qui permet de compenser ses absences à l’extérieur. Les Bretons vont quand même devoir beaucoup progresser sur le plan offensif s’ils veulent titiller le Top 5 cette saison. 

Samedi après-midi, Bordeaux s’en est très bien sorti avec ce 0-2 concédé au Parc face à un PSG qui l’a laminé en livrant sa meilleure prestation depuis le début de la saison. Avec deux buts remarquables inscrits par un Cavani qui affiche des stats impressionnantes et qui, en plus, a pris confiance dans le jeu et se montre beaucoup plus précis dans ses contrôles, ses passes et ses centres. Il est devenu l’atout numéro 1 d’une équipe qui s’est trimballée du début à la fin, avec un travail assez impressionnant au niveau du pressing.

Quand on voit le naufrage de Thiago Motta à Toulouse et sa performance face à Bordeaux une semaine plus tard, on constate que les choses peuvent changer très rapidement dans le foot. On notera aussi que le PSG a commencé son match avec une seule vraie recrue - Areola a toujours appartenu au club - en la personne de Meunier et alignait donc une équipe qui ressemblait beaucoup à celle des saisons précédentes, dans la configuration qui correspond clairement le mieux à ces joueurs. 

Promenade à la monégasque

Et puis en soirée, on a vécu pas mal de matchs assez étonnants. A commencer par Dijon-Montpellier, durant lequel les Héraultais ont réussi la prouesse de faire 3-3 en marquant cinq buts (bon OK, avec deux csc signés Jourdren et Van Den Borre). Le MHSC menait pourtant 3-1, grâce à un triplé de Casimir Ninga. Quand il est dans cette forme-là, sa vitesse d’exécution et sa précision dans le dernier geste en font un joueur plus qu’intéressant. S’il gagne en constance, il deviendra un très bon joueur de notre Ligue 1.

Mais en face, le DFCO ne s’est jamais désuni, n’a jamais lâché, a toujours cherché à pratiquer son football et en a été récompensé. Depuis son succès face à Lyon, c’est vraiment une équipe qui fait plaisir à voir. Dans le même temps, Lille et Nantes ont tous deux remporté un match crucial à domicile. Les Canaris face à un Bastia décevant sur un but de Stepinski et les Dogues devant Nancy grâce à un penalty transformé par Eder. On n’oubliera cependant pas de noter que les Lorrains avaient ouvert le score par Issar Dia juste avant ledit péno et que ce but a été refusé pour un hors-jeu totalement inexistant. 

Toulouse aussi, s’est incliné sur un penalty, concédé celui-là pour une main de Moubandjé. Le Tef’ a coincé, c’est humain, mais pourra quand même avoir quelques regrets vu les occasions ratées par Braithwaite. Mais on ne peut pas demander aux joueurs de Dupraz de gagner tous leurs matchs, semaine après semaine. C’est un petit coup d’arrêt, il faudra se relancer dès la prochaine journée face à Monaco.

L’AS Monaco qui s’est littéralement promenée à Metz, en signant le plus large succès de la saison en Ligue 1. Un match que le club de la Principauté a tué dès la première période, avant de parachever méticuleusement son entreprise de démolition après le repos. Il y avait trois divisions d’écart entre les deux formations et quand les Lorrains se sont retrouvés en infériorité numérique, c’est devenu beaucoup trop compliqué face à une équipe qui a montré beaucoup de confiance sur le plan offensif. Un carton qui relance la question : pourquoi l’ASM joue-t-elle aussi bien et marque-t-elle autant de buts à l’extérieur et si peu à domicile. 

Pierrot