Un monde d'écart

Comme prévu, l'OM a pris cher au Signal Iduna Park face au Borussia. Avec deux défaites dans la musette, les Marseillais sont déjà aux portes de l'élimination...

Avant le match, la tendance était de penser que l'OM allait perdre par deux voire trois buts d'écart. La tendance avait raison. Et ce n'est pas une surprise si on considère que Dortmund est le récent finaliste de la Ligue des Champions et réalise en outre un début de saison fracassant sur le plan offensif en Bundesliga. A moins d'être d'un optimisme béat ou d'une inconscience absolue, il fallait se douter que la barre était trop haute pour Marseille hier soir.

Les dix premières minutes du match ont d'ailleurs donné le ton, puisque l'OM n'arrivait tout simplement pas à sortir de ses 30 mètres. Mais progressivement, les Olympiens se sont enhardis et ont commencé à trouver des espaces sur les côtés. Khalifa gardait bien la balle, Payet éliminait, Valbuena se démenait, Imbula faisait forte impression… Et puis, est-ce qu'inconsciemment, les Marseillais se sont relâchés, ne serait-ce qu'un tout petit peu ?

Toujours est-il qu'ils se sont pris un contre à 6 contre 3 et ce dès la 17e minute, ce qui est assez incongru. C'est vrai que ce contre a été joué à une vitesse supersonique par le Borussia et que la finition un rien chanceuse au niveau de l'avant-dernière passe a tout changé, mais oui, sur ce coup-là, on peut dire que l'OM s'est fait aspirer et contrer en beauté.

Derrière, ils ont fourni une prestation assez honorable, jusqu'à ce pénalty réclamé pour une "faute" sur Khalifa. Pour moi, il n'y a rigoureusement rien. Pas de faute au niveau des bras, ni au niveau des jambes. C'est Khalifa qui tombe. Sans simuler d'ailleurs. Juste, il tombe. Après le repos, le Borussia a pris le large grâce à ce coup-franc de Reus sur lequel on peut dire qu'Hummels gêne Mandanda et ajouter qu'il y a même une petite faute sur Fanni. Et puis, Mandanda fait effectivement une faute de main.

Programme infernal

Mais franchement, ce serait sacrément gonflé d'aller reprocher cette erreur au portier olympien. D'abord, il voit le ballon au dernier moment et puis surtout, sans lui l'OM aurait pris quoi : 4 ou 5 buts de plus ? La fin de match a été encore plus douloureuse pour les hommes de Baup, avec ce pénalty concédé par N'Koulou qui a donné une ampleur plus large au score. Mais finalement, ce 3-0 reflète plutôt fidèlement l'écart existant entre les deux équipes.

Maintenant, il n'y a pas de quoi être surpris. On savait dès le tirage au sort qu'avec ce groupe, il faudrait un exploit des Marseillais pour éviter la 4e place. C'est encore plus vrai aujourd'hui : avec 0 points en 2 matchs, ils ont 90% de chances d'être éliminés. C'est la stat'. Reste que les hommes de Baup étaient plus loin hier soir de Dortmund qu'ils l'étaient d'Arsenal lors du match inaugural et que le programme infernal va se poursuivre avec une double confrontation à venir face au Napoli qui n'est non plus un cadeau.

Les Italiens qui ont d'ailleurs perdu à l'Emirates face à une équipe d'Arsenal qu'on pouvait presque penser un peu plus faible que Dortmund et Naples et qui pointe ce soir en tête du groupe avec 6 points. La fin de cette phase de poules s'annonce donc très compliquée pour les Phocéens, qui vont aussi devoir se remobiliser très vite. Car dimanche, c'est le PSG qui déboule au Vélodrome. Dans quel état seront les Parisiens ? On le saura dans 24 heures pile poil…


Pierrot