Un tournant pour Paris

Paris n'a peut-être pas sorti un grand match à Bordeaux, mais alors que dire de celui des Girondins ? Autres faits marquants de ce dimanche : Nice est bien la meilleure équipe de Ligue 1 actuellement et Rennes a peut-être franchi un cap.

Pourquoi ce titre ? Eh bien, parce qu'avant le début de cette 21e journée de Ligue 1, on pouvait très bien se dire en regardant les matchs que le PSG avait des chances de se retrouver à 5 points de Lyon dimanche soir. Or à l'arrivée, le PSG a repris son fauteuil de leader à la différence de buts, à l'issue d'un match extrêmement décevant, pour ne pas dire plus. Une quasi-purge dont la responsabilité incombe à mon sens plus aux Bordelais qu'aux Parisiens.

Alors je ne suis pas dans la tête des joueurs d'Ancelotti, mais on peut supposer que le contexte psychologique était un peu difficile. Sakho notamment était très touché puisque Nick Broad repartait de chez lui lorsqu'il a perdu la vie dans cet accident de voiture. Et puis, ça fait des semaines que je dis que je m'ennuie à voir jouer Bordeaux, des semaines que les supporters girondins me tombent dessus en me disant que je n'y connais rien, comme d'habitude.

Mais voilà, force est de constater que dans un match capital pour Bordeaux dans l'optique d'une place européenne, un match de gala face à Paris dans un Chaban-Delmas plein, cette équipe n'a jamais essayé d'emballer le jeu ou de faire preuve de suffisamment d'enthousiasme pour bousculer les "Galactiques" parisiens. La première mi-temps a été correcte, sans plus. La seconde, totalement insipide.

Si j'étais méchant...

Il faut aussi arrêter de tenter de faire passer Bordeaux pour un misérable de la L1. Certains clubs au budget nettement inférieur à celui des Girondins ont autrement plus inquiété le PSG. Alors oui, le match a basculé sur le seul mouvement de qualité de l'équipe de la capitale, avec cette passe de Sakho dans l'intervalle pour Lucas et l'ouverture entre les lignes du Brésilien pour Ibra. Frappe et 19e but du Suédois avec la complicité de Carrasso. Terminé. Mais vu le contexte et sachant que Bordeaux n'avait pas perdu depuis 14 matchs chez lui, c'est une victoire importante, qui va compter dans la suite de la saison parisienne.

Un autre match qui va compter, c'est la victoire de Nice à Lille. Si j'étais méchant - mais ça se saurait -, je dirais que c'est la victoire de Nice contre Payet tellement l'ancien Stéphanois est le seul Nordiste à avoir évolué à un niveau décent dans cette rencontre. Le LOSC est tellement inconsistant au milieu… En attaque, ça peut s'excuser, entre les départs successifs des dernières saisons et les absences de Kalou et Mendes qui sont à la CAN et de De Melo, blessé (pour changer).

Mais derrière, Lille commet des erreurs impardonnables. Sur un coup de pied arrêté défensif contre Nice, tout le monde sait que le seul joueur à surveiller de près, c'est Civelli. Or sur le premier but, ni Basa ni Chedjou ne sont au marquage sur l'Argentin ! En face, quand Cvitanich n'est pas dans un bon jour, il est remplacé par le petit Maupay qui marque, Eysseric est constamment bon, et cette équipe est en pleine confiance.

Féret l'étincelant

L'OGCN fait preuve de beaucoup d'explosivité et, au fil des matchs, elle devient de plus en plus plaisante à voir. Et de plus en plus dangereuse pour n'importe qui dans ce championnat. Statistiquement, c'est la meilleure équipe de Ligue 1 depuis trois mois et franchement, sur le terrain, ça se voit.

Enfin, Bastia a purgé un match de plus loin de Furiani et si ça avait très bien réussi au Sporting face à Nancy, il est évident que Rennes était une équipe d'un tout autre calibre. A tel point que les Corses n'ont pas existé dans ce match. A part une grosse occase pour Modeste et le péno manqué par le même Modeste à 0-2, les Bretons ont facilement géré le match sous la houlette d'un Féret une nouvelle fois étincelant.

Son action qui amène le but d'Alessandrini, avec ce petit piqué pour éviter Palmieri et ce déboulé côté droit, est superbe. Le but d'Erding ne l'est pas moins et le Rennes-Marseille de samedi prochain - auquel j'aurai le plaisir d'assister - peut permettre aux hommes d'Antonetti de revenir à 3 points des Phocéens. D'ordinaire, les Rennais ratent ce genre de match. Mais forts de leur qualif' pour la finale de la Coupe de la Ligue et de leur expérience après la défaite face à Bordeaux le week-end dernier, peut-être - je dis bien "peut-être" - que cette fois, ils vont enfin sortir sortir un gros match. A voir…


Pierrot