Une journée pour rien

Hier soir, les Lyonnais, qui avaient l'occasion de prendre le large en championnat, n'ont pu faire mieux que match nul face à Lorient. Statu quo donc en tête de la Ligue 1...

Après les matchs nuls rocambolesques à domicile de l'OM et du PSG, l'OL a donc aussi concédé le nul sur le synthétique du Moustoir. Un match loin d'être désagréable à suivre mais que les Lyonnais ont globalement raté. Ils ont été sauvés de la défaite par une reprise ratée de Njie. Non cadrée au départ, sa frappe, déviée en passant entre les jambes de Le Goff, a trompé Lecomte. 

Les Lyonnais ont pris ce match à l'envers. Hubert Fournier avait choisi d'aligner une attaque très jeune et très rapide avec Njie et Cornet. L'objectif était de contrer une équipe lorientaise qui, traditionnellement, se découvre pour mettre en place son jeu et surtout son pressing. Ça n'a pas fonctionné. Le leader a terriblement souffert sur le côté droit de sa défense durant la première période. Les Rhodaniens pouvaient même s'estimer heureux de rentrer au vestiaire sur un 0-0.

D'ailleurs, dès la reprise, Lorient a ouvert le score sur un joli but de la tête de Jordan Ayew, qui venait de rentrer. Et puis derrière, les Merlus, qui ne s'économisent jamais dans le jeu, ont eu un vrai coup de pompe physique. L'OL a su en profiter, notamment après l'entrée de Gourcuff. Le Breton, en plus de bien lire le jeu des adversaires, a été à l'origine du décalage vers Bedimo sur l'égalisation.

 

Sainté décroche, Bordeaux revient

Alors les conséquences ne sont pas trop graves pour Lyon puisque Marseille et Paris n'ont pas gagné. Seulement, même si les Lyonnais conservent leurs deux points d'avance en tête de la Ligue 1, ils vont jouer beaucoup de matchs à l'extérieur et n'ont pas réussi à gagner sans Lacazette (trois matchs nuls). Le championnat, qui aurait pu prendre une petite claque ce soir, ne l'a pas prise. 

Au contraire, Saint-Etienne en a pris une à Bordeaux en se faisant battre 1-0. Un match très agréable entre deux équipes qui ne sont pourtant pas exceptionnellement joueuses. Si elles ont produit un beau spectacle, il a trop souvent été gâché par l'état du terrain. Ce n'est pas un champ de labour comme à Reims ou à Amiens mais on a vu beaucoup trop de mauvais rebonds dans ce match. Lorsque Gradel s'est présenté seul face à Carrasso, le ballon a sauté, lui a tapé dans les chevilles et il a inévitablement raté son enchaînement.

Finalement, les Girondins se sont imposés sur un but de Rolan. Certains diront qu'il a bien joué le coup avec sa frappe au premier poteau pendant que d'autres critiqueront le marquage trop laxiste de Baysse ou la naïveté de Ruffier sur l'action. Chacun se fera son opinion. Quoi qu'il en soit, Saint-Etienne n'arrive plus à gagner et ne marque plus alors que Bordeaux vient de prendre six points en deux matchs et se replace dans le haut du classement.

 

On n'arrête plus Guingamp

Un petit peu plus tard dans l'après-midi, Guingamp l'a emporté très facilement 2-0 à Metz face à une équipe lorraine inexistante défensivement et offensivement. Les hommes de Cartier occupent la dernière place du classement et semblent promis à un retour en deuxième division. Jocelyn Gouvennec s'est même permis le luxe de laisser Beauvue, son meilleur joueur, sur le banc. C'est dire l'écart qui a pu se creuser entre deux formations pourtant toutes les deux appelées à jouer le maintien en début de saison.

Les Guingampais, dotés d'une confiance étonnante, jouent bien au foot, marquent des buts et gagnent des matchs. Ça prouve que le football n'est pas qu'une question de budget. C'est aussi une question d'envie et d'état d'esprit. Ce soir, les deux clubs bretons, Lorient et Guingamp, l'ont bien montré. 

 

Pierrot