Bordeaux, morne plaine

Bon, cette fois c'est sûr : Bordeaux a donc décidé de ne pas jouer la Ligue Europa cette saison. Au moins comme ça, on est au courant.

L'une des seules notes positives qu'on pouvait retenir de la saison dernière à Bordeaux, c'était le fait que Gillot et ses hommes avaient joué le jeu en Ligue Europa, en faisant un beau parcours et en allant jusqu'en 8e de finale. C'était même dans cette compétition que les Girondins avaient sorti leurs meilleurs matchs. Eh bien visiblement, ce ne sera pas le cas cette année. Mais bon, quand j'entends que Gillot est déjà inquiet pour la suite de la saison après 5 journée de championnat…

C'est tellement habituel que les clubs français bradent la Ligue Europa que ça n'étonne plus personne. Mais finalement, la seule chose que ça mérite, c'est qu'on ne s'intéresse pas à ceux qui prennent cette compète par-dessus la jambe. Donc je pense que je vais cesser de regarder les matchs des Bordelais en Ligue Europa cette saison. Après tout, si ça ne les intéresse pas eux, je ne vois pas pourquoi ça devrait m'intéresser moi. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est mon travail de mater tous les matchs. C'est aussi le leur de les jouer tous et ils ne le font pas.

Quant à Lyon… A part le résultat, il n'y a pas grand chose à retenir. L'OL tente de se soigner et peut déjà se satisfaire de n'avoir pas encaissé de but depuis deux matchs. Mais dans la manière, ça laisse encore franchement à désirer. Devant, Gomis n'a quasiment eu aucun ballon exploitable à se mettre sous les crampons et Briand, l'autre revenant, n'a pas été plus à son aise dans un couloir gauche qui ne lui sied guère.

Et comme au milieu, Grenier n'avance plus, l'OL se retrouve avec une équation insoluble à gérer et un bilan de 6 matchs consécutifs sans victoire qui fait tâche dans un début de saison. En face, sans être brillant mais en dominant globalement le match, le Betis s'est créé les meilleures occasions et n'a dû qu'au talent de Lopes et au poteau - sur une frappe de Nosa - de ne pas parvenir à ouvrir le score.

Voilà, encore une triste soirée européenne pour les clubs français. Avec une victoire pour un nul et deux défaites, le bilan de cette première sortie continentale de la saison n'est pas reluisant et notre coefficient UEFA n'est parti pour s'arranger. On en a malheureusement pris l'habitude…

Pierrot