Error block

Votre block de type canalplus.creativemedia.fragment.main_image manque d'informations et il ne peut être affiché.

C'est ça, Paris ?

C'est un euphémisme : Paris n'est pas au point. Et pendant ce temps-là, Marseille et Bordeaux ont fait le plein. Surprenant ce début de saison, non ?

J'avoue que je reste franchement effaré par la prestation du PSG en terre corse. Effaré par le nombre de références à l'absence d'Ibrahimovic - qui n'a joué qu'un seul match jusqu'ici - et surtout, effaré par la déclaration de Carlo Ancelotti, qui a dit en gros qu'il cherchait encore le bon équilibre. T'as envie de lui dire : "Mais ça fait pas 7 mois et 21 matchs que t'es là pour ça, mec ?"

La première mi-temps parisienne a été indigne, non seulement d'un champion en puissance mais plus simplement d'une équipe qui joue l'Europe. A part l'occasion joyeusement vendangée par Ménez, rien. Pas de mouvement, pas deux passes de suite, rien. Ce n'était pourtant pas les joueurs de ballon qui manquaient. Alors évidemment, défensivement il y a du progrès par rapport à Lorient. Mais bon, Ajaccio était quand même en mode "très prudent".

Le second acte a été à peine meilleur et Ajaccio aurait pu remporter ce match avec ce tir écrasé d'Eduardo détourné sur son poteau par Sirigu. Une action symbolique du mal parisien, avec cette passe en retrait insensée de Pastore pour Sakho, qui perd la balle. Le problème est donc partout. Et surtout dans ce schéma de jeu sans véritable attaquant. L'an passé, Paris avait joué comme ça souvent, mais au moins Ménez occupait le poste d'attaquant axial.

Ca carbure pas mal, à Marseille

Là, à force de vouloir être partout, l'ancien Romain n'était nulle part. Tout comme Lavezzi. On ne va pas condamner l'Argentin dès maintenant, mais pour un mec qui a coûté 31 patates, sa prestation à Coty fait froid dans le dos. Quant à son expulsion, OK il ne touche pas le joueur, mais il arrive les deux pieds décollés. S'il faut attendre qu'il y ait fracture ouverte pour donner un rouge…

A l'arrivée, ça fait deux points en deux matchs pour le PSG. Les plus optimistes se rassureront en se disant que c'est toujours un de plus que l'an passé au même moment. Sauf que les deux prochains matchs qui attendent Paris, c'est Bordeaux au Parc et Lille au Grand Stade. Il va donc falloir que les Parisiens trouvent autre chose, et vite. Faute de quoi, on ne les appellera plus les Galactiques mais... les Stalactites. 

Dans l'après-midi, deux équipes ont fait le plein : Marseille et Bordeaux. Les Olympiens ont très facilement dominé une équipe sochalienne qui risque d'avoir de gros soucis cette saison. Les Francs-Comtois sont d'une faiblesse abyssale, notamment leur gardien Cros qui n'a clairement pas le niveau. La façon dont il laisse passer le ballon entre ses mains sur le but de Gignac, même à bout portant, c'est mauvais signe pour la suite…

Comme Lyon, Marseille vit un été difficile et rempli d'incertitudes, mais comme Lyon les Phocéens s'en accommodent plutôt bien en ce début de saison. Avec comme symbole André-Pierre Gignac, qui a créé le danger, a réussi de bonnes choses et a retrouvé le chemin des filets. Tout ça demande confirmation, mais cette équipe marseillaise carbure plutôt pas mal jusque-là. Après la saison passée, c'est déjà pas mal.

Bordeaux, match bouillant au Parc

Bordeaux a aussi fait carton plein en l'emportant face à Rennes au terme d'un match un peu moins rasoir que les précédentes oppositions entre les deux équipes. Les Girondins auraient pu ouvrir le score sur un péno-cadeau offert par monsieur Chapron - qui attaque donc lui aussi sa saison sur les chapeaux de roue - mais raté par Saivet. En face les Rennais ont fait comme d'habitude : attendre d'être mené au score pour agir.

Le problème de cette équipe bretonne, c'est que chaque joueur offensif joue avec la peur de se retrouver sur le banc à la moindre prestation médiocre. C'était Féret cette semaine. La prochaine fois ce sera sans doute Erding, errant comme une âme en peine seul devant, qui devrait logiquement céder sa place à Montaño, auteur d'une bonne entrée. Ca se passe comme ça, à Rennes.

Du coup, cette équipe a un mal fou à pratiquer un jeu offensif décomplexé et percutant. D'ordinaire, le Stade est souvent au point physiquement et réalise de bons débuts de saison. Ce n'est pas le cas cette année. L'arrivée de Makoun, qui devrait remplacer un M'Vila en partance pour Londres (Tottenham ? Arsenal ?) changera-t-elle quelque chose à l'affaire ? Bordeaux n'a pas ce souci, mais doit quand même s'attendre à un match bouillant dimanche prochain au Parc.

Car le PSG n'a déjà plus le choix et devra gagner. Sinon, ça commencera sans doute déjà à couiner du côté de la capitale…


Pierrot