Ça s'annonce bien mal

Hier soir, le PSG a concédé le match nul sur sa pelouse face à City (2-2). Un résultat problématique en vue du retour puisque les Parisiens devront s'imposer à Manchester. Surtout, cette rencontre a mis en lumière des défaillances qu'il faudra vite corriger.

À la lecture des quatre résultats des quarts de finale aller de la Ligue des Champions, une chose est sûre : ce ne sera simple pour personne. Le Bayern s'est imposé petitement contre Benfica. Barcelone s'est fait trimballer pendant toute une mi-temps par l'Atlético et personne ne sait ce que cette rencontre aurait donné sans l'expulsion stupide de Torres. De son côté et à la surprise générale, le Real a été nettement dominé à Wolfsburg. Quant au PSG, il a donc concédé un match nul très problématique dans l'optique du retour la semaine prochaine contre Manchester. Et pourtant, cette équipe de City était celle qu'on attendait, talentueuse devant et extrêmement friable derrière, notamment dans l'axe. Le problème, c'est que le PSG n'a pas su en profiter. 

La liste des fautifs est évidemment assez longue. Celui qui est entré en scène en premier, c'est Ibrahimovic. Le Suédois aurait dû donner un avantage conséquent à son équipe sur penalty mais il a vu sa tentative bien repoussée par Hart. Surtout, il a manqué une superbe opportunité en ne cadrant pas sa frappe sur son face-à-face avec le portier anglais. Le milieu de terrain parisien a également été extrêmement fébrile. Motta a confirmé qu'il était dans une très mauvaise période et Rabiot n'a pas réalisé une bonne première mi-temps, même s'il s'est repris en seconde. Quant à Matuidi, il a perdu le ballon qui a entraîné l'ouverture du score de Kevin De Bruyne et a vendangé un centre assez facile pour Cavani. 

Cavani était partout et nulle part

Assez miraculeusement, Zlatan a compensé son inefficacité en marquant un but un peu grotesque sur un mauvais échange entre Hart et Fernando. Le portier mancunien a joué ce match alors qu'il était juste physiquement car touché au mollet. Il n'a certainement pas voulu prendre le risque de dégager au loin mais il aurait très bien pu demander à quelqu'un d'autre de le faire à sa place. Quoi qu'il en soit, les Parisiens étaient donc à 1-1 à la mi-temps. Au retour des vestiaires, ils ont plutôt bien réattaqué mais Ibra a eu moins de réussite puisqu'il a mis une tête sur la barre. Les hommes de Laurent Blanc ont tout de même été récompensés. Sur une reprise au deuxième poteau, suite à une déviation de la tête de Cavani sur laquelle Hart n'est pas inoubliable, Rabiot a donné l'avantage aux siens. Seulement derrière, le PSG a recommencé à être imprécis et sur une nouvelle perte de balle, cette fois d'Aurier, les visiteurs sont parvenus à égaliser de façon assez chanceuse.

Dans l'ensemble, l'animation offensive n'a pas été au niveau. J'ai trouvé Cavani plutôt pas mal dans le jeu mais une question se pose : quelle est sa position exacte sur le terrain ? C'est très louable de vouloir aider tout le monde et d'essayer d'être partout mais ce n'est pas idéal. Je pensais que le retour d'Aurier permettrait de pleinement utiliser les côtés, tout en alignant deux vrais attaquants et ainsi mettre la pression sur la charnière centrale. Seulement Maxwell a attendu quasiment le dernier quart d'heure pour daigner attaquer, Aurier avait un peu le frein à main offensivement et Cavani n'a jamais vraiment été devant. Si on ajoute à cela un Di Maria fantomatique de la première à la dernière minute, ça commence à faire beaucoup de joueurs individuellement très en dessous pour espérer faire un résultat positif.

Le PSG ne peut s'en prendre qu'à lui-même 

Pourtant, Paris a largement eu les occasions pour remporter ce match. C'est sûrement un des rares motifs d'espoir pour le match retour parce qu'avec un 2-2, le PSG est obligé de gagner à l'Etihad Stadium. Ce sera sans David Luiz, ce qui permettra enfin de voir Marquinhos. Il faudrait qu'on m'explique comment ce joueur a pu quitter le onze de départ, c'est incompréhensible. C'est une grosse faute et il ne faudra pas s'étonner s'il demande à partir à la fin de la saison. Concernant Lucas, le laisser sur le banc et titulariser Cavani est un choix qui ne s'est pas non plus avéré payant. 

Désormais plusieurs questions se posent avant le match retour. Est-ce que les médecins parisiens vont faire des miracles en une semaine concernant Marco Verratti ? Est-ce qu'il prendra le risque de jouer ce match capital ? Ça apporterait bien sûr de la qualité au milieu. Ensuite, est-ce que ce sera du "tout pour l'attaque" dans un système avec Lucas en renfort ? Est-ce que Pastore sera apte à jouer ? Il y a en tout cas peu de temps pour remettre la pendule dans le bon sens. Mais encore une fois, si Paris fait match nul 2-2 chez lui, c'est de sa faute, parce que Manchester City a absolument été au niveau où on l'attendait et dans toutes les zones de jeu. 

Pierrot