Italie - France : l'analyse

Ce qui ressort de ce premier match post-Euro, c’est que les Bleus de Deschamps semblent avoir acquis quelques certitudes dans leur jeu. Et qu'on a peut-être enfin trouvé des latéraux convaincants.

Je ne suis pas un grand fan de ces matchs amicaux de fin d’été, surtout lors des années de grande compète lorsque les internationaux ont fini la saison précédente très tard et repris en ordre dispersé, avec des décalages de forme et de matchs joués. Une remarque qui vaut pour les deux équipes. Mais au final, on a vu une rencontre relativement sympa, surtout la première période, disputée sur un rythme intéressant et ponctuée de trois buts, ce qui n’est jamais désagréable.

Après avoir achevé l’Euro en 4-2-3-1, Deschamps est revenu à son 4-3-3 pour ce match à Bari. La vraie nouveauté, c’était les latéraux new look alignés face à la Nazionale. Sagna blessé et Evra en pré-retraite, Sidibé et Kurzawa occupaient les flancs hier soir. Et les deux ont rendu une copie satisfaisante. Le Monégasque a réalisé un match plein de jus, quant à Kurzawa, avec un but et une passe décisive, il a été énorme. Comparé à ce qu’on avait avant, la différence est notoire.

Alors il va falloir attendre quelques semaines pour que tout le monde retrouve un niveau acceptable. Mais bon, sur ce qu’on a vu au San Nicola, le déplacement en Biélorussie semble largement dans les cordes des Bleus, qui viennent de planter trois buts à l’Italie, ce qui n’est jamais anodin. Une Squaddra pas toujours sereine derrière - à l’image de l’erreur de Chiellini qui mène au but de Martial - mais qui a montré des capacité offensives intéressantes, avec notamment ce Candreva qui est vraiment un super joueur. 

On attendait de voir comment allait se comporter l’équipe de France moins de deux mois après la désillusion face au Portugal. Eh bien on sent qu’il y a une dynamique dans ce groupe, une vraie joie de se retrouver. Et surtout de la confiance. Autant on a pu s’apercevoir et regretter dans un passé récent que l’EdF joue avec le frein à main, autant depuis l’Euro on sent que cette équipe a acquis quelques certitudes dans son jeu. Ce qui me laisse à penser que l’avenir à court et moyen terme pourrait s’avérer souriant pour les Bleus…

Pierrot