Error block

Votre block de type canalplus.creativemedia.fragment.main_image manque d'informations et il ne peut être affiché.

L'OM assure, le Barça rassure

Un Clasico, un génie qui n'est pas celui qu'on croit, des Moldaves rapides et "Jordao Ayew" : le programme était éclectique jeudi soir.

C'était une soirée un peu disparate qui nous était proposée hier soir, entre les barrages aller de Ligue Europa et le premier Clasico Barça-Real de la saison. Autant dire que la qualité de jeu et même les forces en présence n'avaient vraiment rien à voir. L'OM a ouvert le bal en début de soirée en s'imposant logiquement sur le terrain d'une "équipe de quartier". Un terme à la fois sévère et juste.

D'un point de vue organisation et jeu placé, cette équipe moldave a le niveau L2. En contre en revanche, elle est beaucoup plus dangereuse. Elle joue très, très bas et gicle très vite dès la récupération du ballon. Mais l'OM a eu la bonne idée de marquer très tôt dans ce match, et par deux fois. Un doublé de celui qu'on pourrait appeler "Jordao Ayew". Les plus anciens comprendront...

Jusqu'ici, les Phocéens n'ont affronté que des adversaires présumés plus faibles, que ce soit en Ligue 1 ou en Coupe d'Europe. Mais ils ont su faire le plein et s'imposer à chaque fois. En ce début de saison pour le moins incertain, c'est déjà une bonne chose de faite.

On ne peut pas en dire autant des Girondins, qui à leur décharge avaient affaire à une équipe de l'Etoile Rouge d'un autre niveau que le Sheriff Tiraspol. Un match prudent des deux côtés et qui ne s'est animé que par à-coups. A ce petit jeu, les Serbes ont eu les meilleures occasions mais se sont heurtés à un solide Carrasso. A l'arrivée, ce 0-0 reste une bonne opération. Mais il faudra se méfier lors du match retour.

Désespérant Valdes, génial Iniesta

Et puis en fin de soirée, on a eu droit à un nouveau Clasico. Après une première mi-temps sans but mais dominée par le Barça, on a assisté après le repos à la petite avalanche de buts habituelle. La nouveauté étant que l'équipe qui recevait à gagné, ce qui n'était arrivé qu'une seule fois lors des 8 dernières confrontations entre les deux géants d'Espagne : l'an passé dans cette même compétition et sur le même score, mais lors du match retour.

Ce match, on en beaucoup parlé alors que franchement, ça concerne une compétition qui n'intéresserait personne si elle n'opposait pas les deux meilleurs ennemis du foot espagnol. Reste qu'après le nul concédé le week-end passé par le Real en Liga (1-1 face à Valence), cette victoire confirme une chose : les Catalans sont en avance sur les Madrilènes dans leur préparation.

Le Real a réussi à ouvrir le score par Ronaldo, très discret jusque-là, sur  corner - faiblesse récurrente du Barça. Et Di Maria a clos la marque à 5 minutes de la fin en profitant d'une énième erreur du désespérant Valdes, qui s'est encore planté en voulant faire son malin avec le ballon. Un but qui maintient le suspense alors qu'on était plus proche de 4-1 que de 3-2 quelques minutes auparavant.

Entre les deux, l'équipe de Vilanova a planté trois buts dans le sillage d'un Iniesta qui a livré un véritable récital de la première à la dernière minute du match. Messi a été décevant mais lui a été juste… génial. Franchement, c'est pour des mecs comme ça que tu as envie de payer ton ticket ou ton abonnement. Malgré le départ de Guardiola, les fans du Barça peuvent être rassurés : cette quipe va encore proposer du beau football cette saison.

On se retrouve samedi soir pour le premier post de la 3e journée de Ligue 1.


Pierrot