L'OM se réveille enfin

Comme quoi, quand l'OM veut, l'OM peut. Portés par un Vélodrome enfin derrière son équipe, les Olympiens ont livré un match convaincant devant des Lyonnais au bout du rouleau. Dans le bas du tableau, Sochaux ne lâche rien et peut y croire...

Il y a une expression qui dit "mieux vaut tard que jamais". Bon là, c'est quand même très tard, mais Marseille nous a enfin rendu une copie aboutie, sur le plan défensif comme offensif. Leurs deux premières grosses occases se sont transformées en buts, avec deux têtes signées Diawara et Thauvin. La splendide réduction du score de Mvuemba aurait pu mettre un frein à l'enthousiasme marseillais, mais non. Gignac, qui n'avait pas marqué depuis un moment, a signé un doublé après le repos.

C'est assez étonnant ce qui se passe à Marseille. Bielsa a signé, les supporters ont encouragé une équipe qu'ils conspuaient il y a encore quinze jours - comprenne qui pourra - et, coïncidence ou pas, les Olympiens ont montré qu'avec un stade derrière eux ils étaient capables de produire une prestation convaincante. Etonnant comme situation. Tout comme l'apathie des Lyonnais, qui ont pourtant eu huit jours pour préparer ce match, ce qui ne leur était plus arrivé depuis longtemps. Pour ce 59e match de leur saison, les Rhodaniens ont semblé avoir les jambes plus lourdes que d'ordinaire.

Dans l'après-midi, plusieurs matchs ont permis de consolider les positions de certains. Celle des Verts, qui après une première période ratée contre Montpellier, ont sorti une bien meilleure seconde période, ouvrant le score sur un but assez extraordinaire d'Hamouma. Une victoire 2-0 conjuguée à la défaite lyonnaise, qui permet aux Stéphanois d'assurer de façon quasi-définitive leur 4e place. Compte tenu du départ d'Aubameyang l'été dernier, c'est une belle preuve de continuité.

Fautrel, méforme noire

Autre position définitivement établie, la 19e place - et donc la descente en Ligue 2 - de Valenciennes. Dans l'indifférence et la moquerie générale, VA s'est fait battre au Hainaut par Bordeaux, qui n'a sans doute jamais été autant encouragé à l'extérieur. Je n'aime pas ça. Les supporters nordistes connaissent pourtant leur club. Jean-Raymond Legrand a investi beaucoup d'argent sur ses fonds personnels dans un club qui accusait un déficit de 19 M€ au moment de son arrivée et la situation financière reste précaire. Mais bon, en France avec un trou de 5 M€ on est rétrogradé direct. En Ligue des Champions, avec un trou de 500 M€ on peut jouer la finale. Cherchez l'erreur…

Et puis à deux journées de la fin, c'est surtout la course au maintien qui concentre l'essentiel du suspense, avec notamment l'incroyable remontée de Sochaux, qui a battu Nice 2-0 à Bonal. Il faut reconnaître que, si les Lionceaux n'ont pas souvent été favorisés par l'arbitrage cette saison, là ils peuvent remercier monsieur Fautrel, dans une méforme noire depuis Lyon-Monaco. Il a refusé un pénalty évident à Cvitanich en lui mettant en plus un jaune, avant de l'exclure pour des applaudissements ironiques.

Corchia le revenant surprise et Jordan Ayew la bonne pioche du mercato, ont fait la différence dans ce match. Et comme  dans le même temps, Evian a perdu à Reims, il n'y a plus qu'un point d'écart entre les deux formations. Et attention : Guingamp et Rennes ont certes un match de plus à jouer, mais respectivement à Monaco et à Paris. En cas de défaite, ils seront tous deux concernés par cette lutte pour le maintien. On n'est pas à l'abri d'un coup de Trafalgar lors des deux dernières journées...


Pierrot